Billet 2: Mercredi 14 février

Choisissez un fait d’actualité qui s’est produit dans les deux dernières semaines et analysez ce qui a conduit à l’événement tout en indiquant les conséquences probables sur l’avenir.

This entry was posted in Uncategorized. Bookmark the permalink.

23 Responses to Billet 2: Mercredi 14 février

  1. Isabel Cooke says:

    En Octobre 2017, il y avait une embuscade terroriste (peut-être affilié avec ISIS) en Niger et quatre soldats américains étaient tué. L’investigation pour cette embuscade était justement terminée par l’armée américain en février 2018. Cette région de l’Afrique est l’hôte de quelques groupes qui sont associés avec Al Qaeda et l’état islamique. Il va être difficile de trouver les coupables parce que le manque d’attention du gouvernement dans les régions rurales à l’ouest du pays. Il serait considéré une mission combat des États-Unis avec l’aide de la France qui apparemment a une grande présence dans le pays.
    Le gouvernement de Niger a donné aux États- Unis la permission d’armer des drones dans le pays. Il y a des centaines des troupes américaines à la drone base à Niamey. Surpopulation et la pauvreté continuent d’être des problèmes et n’aident pas la situation terroriste. Les groupes terroristes locaux présentent une alternative aux villageois qui sont négligé par leur gouvernement. Les conséquences de l’investigation et de l’augmentation des troupes américaines sont signifiants. L’intervention et la présence des États Unis et de la France ne vont pas aider la situation terroriste en Niger. Je pense que les États- Unis devraient inclure le Niger dans plus de leurs décisions et devienne moins d’une présence.
    Je pense que cela compliquera le Niger quand les Américains partiront enfin. Les groupes terroristes sauront que ce ne sont que les sources extérieures qui les réglementent et qui constituent une menace pour eux. Peut-être Les groupes terroristes ressentiront le besoin de devenir plus forts en présence de drones armés et créeront plus de problèmes pour le pays.

    • Linda Brindeau says:

      En Octobre 2017, il y a eu une embuscade terroriste (peut-être affiliée avec ISIS) au Niger et quatre soldats américains ont été tués. L’investigation de l’armée américain en rapport avec cette embuscade vient de se terminer en février 2018. Cette région de l’Afrique est l’hôte de certains groupes qui sont associés avec Al Qaeda et l’état islamique. Il va être difficile de trouver les coupables à cause du manque d’attention du gouvernement dans les régions rurales à l’ouest du pays. Il s’agit d’une mission de combat des États-Unis avec l’aide de la France qui apparemment a une grande présence dans le pays.
      Le gouvernement du Niger a donné aux États- Unis la permission d’armer des drones dans le pays. Il y a des centaines se soldats américains à la base de drones à Niamey. La surpopulation et la pauvreté continuent d’être des problèmes et participe à la situation terroriste. Les groupes terroristes locaux présentent une alternative aux villageois qui sont négligés par leur gouvernement. Les conséquences de l’investigation et de l’augmentation des troupes américaines sont significatifs. L’intervention et la présence des États Unis et de la France ne vont pas aider la situation terroriste en Niger. Je pense que les États- Unis devraient inclure le Niger dans plus de leurs décisions et devenir moins d’une présence.
      Je pense que cela va rendre la situation au Niger plus compliquée quand les Américains partiront enfin. Les groupes terroristes sauront que ce ne sont que les sources extérieures qui les réglementent et qui constituent une menace pour eux. Peut-être que les groupes terroristes ressentiront le besoin de devenir plus forts en présence de drones armés et créeront plus de problèmes pour le pays.

  2. nassera says:

    Pendant cette année, qui a coïncidé avec la première année au pouvoir du Président Jovenel Moïse, exposant du Parti Haïtien Tèt Kale, un parti de centre-droite centré sur le libéralisme, la question de l’éducation sur l’île haïtienne est devenue de plus en plus centrale et propre de la discussion publique. La centralité de la problématique est bien évidente : la semaine passée, la Conférence International de Financement du Partenariat Mondial pour l’Education a établi une augmentation des dépenses publiques pour les années 2018-2020 et Haïti, participant au sommet, utilisera au moins 20% du budget annuel pour financier des programmes scolaires. En suivant la tendance du gouvernement haïtien, le Ministre de l’Education Pierre Josué Agénor Cadet a souligné comme la priorité de cette administration a été et sera un fort financement à l’éducation.

    Même si dans les paroles de l’équipe gouvernementale il semble qu’il y ait déjà eu une amélioration par rapport aux conditions scolaires dans l’île, les nouvelles de l’actualité haïtienne nous racontent une différente réalité. En effet, ces derniers jours, les étudiants de l’Université de Haïti ont manifesté contre la militarisation, la corruption et l’incapacité de l’université d’être un véhicule de modernisation, en dépit des prétendues revendications du gouvernement par rapport à l’amélioration du système scolaire. Du coup, les causes de cette mobilisation semblent être relatif à l’ineffectivité des aides et fonds du gouvernement, souvent dissipés et mal gérés per l’administration. A mon avis, la difficulté du gouvernement de résoudre les conflits sur l’administration de l’Université et de rassurer les étudiants sur une future attention aux leurs demandes portera à des autres manifestations dans la rue, poursuivies à la fois par les étudiants de la faculté des Sciences humaines (FASCH) et par les étudiants de l’ENS de Haïti, deux des groupes principaux de critique vers le gouvernement et le Ministre de l’Education.
    En plus, il peut être qu’un soulèvement des étudiants puisse porter à un changement de gestion des fonds du ministère de l’éducation, en créant un meilleur usage des aides, en diminuant la corruption et en promouvant la modernisation dans l’île.

    Enfin, il est certain que l’administration haïtienne doit véritablement commencer à investir sur l’éducation car, comme les étudiants locaux ont bien proclamé, un pays sans une bonne instruction est un pays loin de se moderniser : on verrait comment la situation est évoluée dans le prochain billet de blog !

    • Linda Brindeau says:

      Pendant cette année, qui a coïncidé avec la première année au pouvoir du Président Jovenel Moïse, membre du Parti Haïtien Tèt Kale, un parti de centre-droite centré sur le libéralisme, la question de l’éducation sur l’île haïtienne est devenue de plus en plus centrale et au coeur de la discussion publique. La centralité de la problématique est bien évidente : la semaine passée, la Conférence Internationale de Financement du Partenariat Mondial pour l’Education a établi une augmentation des dépenses publiques pour les années 2018-2020 et Haïti, participant au sommet, utilisera au moins 20% du budget annuel pour financer des programmes scolaires. En suivant la tendance du gouvernement haïtien, le Ministre de l’Education Pierre Josué Agénor Cadet a souligné que la priorité de cette administration a été et sera un financement soutenu à l’éducation.

      Même si dans les paroles de l’équipe gouvernementale il semble qu’il y ait déjà eu une amélioration par rapport aux conditions scolaires dans l’île, les nouvelles de l’actualité haïtienne nous présente une réalité quelque peu différente. En effet, ces derniers jours, les étudiants de l’Université d’Haïti ont manifesté contre la militarisation, la corruption et l’incapacité de l’université d’être un véhicule de modernisation, en dépit des prétendues revendications du gouvernement par rapport à l’amélioration du système scolaire. Du coup, les causes de cette mobilisation semblent être relatives à l’ineffectivité des aides et fonds du gouvernement, souvent dissipés et mal gérés par l’administration. A mon avis, la difficulté du gouvernement de résoudre les conflits sur l’administration de l’Université et de rassurer les étudiants sur une future attention à leurs demandes mènera à d’autres manifestations dans la rue, poursuivies à la fois par les étudiants de la faculté des Sciences humaines (FASCH) et par les étudiants de l’ENS d’Haïti, deux des groupes principaux de critique envers le gouvernement et le Ministre de l’Education.
      En plus, il se peut qu’un soulèvement des étudiants puisse porter à un changement de gestion des fonds du ministère de l’éducation, en créant un meilleur usage des aides, en diminuant la corruption et en faisant la promotion de la modernisation dans l’île.

      Enfin, il est certain que l’administration haïtienne doit véritablement commencer à investir dans l’éducation car, comme les étudiants locaux ont bien proclamé, un pays sans une bonne instruction est un pays loin de se moderniser : on verra comment la situation a évolué dans le prochain billet de blog !

  3. Harper Clark says:

    Récemment, un ancien secrétaire du personnel de la maison blanche, Rob Porter, a été accusé de violence physique et verbale par ses deux ex-femmes. Après avoir entendu les allégations, Porter a démissionné de son travail parce qu’il ne voulait pas causer de controverse dans un lieu de travail déjà controversé. Les aides de la Maison Blanche n’ont pas été en mesure de donner des réponses cohérentes sur qui savait exactement et ne connaissait pas les allégations d’abus de M. Porter. Jusqu’à présent, cependant, l’aspect le plus confus de cette histoire est la façon dont le président Trump se sent à ce sujet. Vendredi, le président Trump a tweeté: “Les vies des peuples sont brisées et détruites par une simple allégation: certaines sont vraies et d’autres sont fausses, certaines sont anciennes et d’autres sont nouvelles, il n’y a pas de recouvrement pour quelqu’un faussement accusé. N’y at-il pas une telle chose plus que Due Process? ” Ce tweet pourrait être à propos de Steve Wynn l’ancien président des finances du Comité national républicain qui a démissionné récemment au milieu de douzaines d’accusations d’inconduite sexuelle. Cependant, le timing de ce tweet n’est-il pas un peu trop pratique? Les allégations de Steve Wynn sont arrivées le mois dernier quand il a démissionné, alors pourquoi aurait-il tweeter ceci maintenant, particulièrement parmi les allégations de Porter. La Maison-Blanche est clairement troublée par toutes ces allégations dégoûtantes, mais la seule chose qui soit pire, ce sont les remarques du président Trump. Le président Trump montre clairement un manque de respect ou de perspective pour les victimes et leurs familles en tweetant même sur le sujet. Avant d’appeler les deux hommes “faussement coupables” pourquoi ne regardons-nous pas la preuve accablante que les deux hommes ont commis ces crimes horribles. Je pense qu’il aurait été préférable que le président Trump ne tweete pas sur un sujet aussi grave, surtout après ses propres allégations d’agression sexuelle et d’inconduite. Jusqu’à présent, les secrétaires de presse Hogan Gidley et Sarah Sanders ont déclaré que le président estime que toutes les formes d’abus ou de violence contre les femmes sont dégoûtantes. Ma question est la suivante: pourquoi le président Trump ne l’a-t-il pas dit? La seule chose que le président Trump a dit verbalement à ce sujet était “Eh bien, nous lui souhaitons bonne chance, il a travaillé très fort, je l’ai appris récemment et j’en ai été surpris, mais nous lui souhaitons beaucoup de succès.” Ce sont à peine les commentaires que nous attendrions du président des États-Unis sur une affaire aussi grave que la violence conjugale et l’agression sexuelle. Il donne l’exemple à des millions d’Américains partout, alors quand il ne le reconnaît pas, les millions d’Américains ne sont pas pris au piège dans des relations abusives. De nos jours, cependant, il est décevant mais pas surprenant que le président ait dit des déclarations aussi ignoblement ignorantes.

    • Linda Brindeau says:

      Bonjour Harper,
      Ton billet doit être en lien avec le pays que tu as choisi pour notre cours, c’est-à-dire le Maroc (pas littéralement ton pays d’origine). Je suis désolée de la confusion.
      Linda

  4. Mallorey FitzGerald says:

    Au Cameroun, il existe beaucoup de tensions entre les Camerounais anglophones du nord-ouest et sud-ouest du pays et les Camerounais francophones du reste du pays. Les anglophones disent que le gouvernement principalement francophone ne les respecte ni ne les représente. De ce fait, ils veulent faire sécession et de créer Ambazonia. En réponse aux sentiments, le gouvernement Camerounais a limité accès à l’internet et au transport et a mené des raids dans les régions anglophones.
    Il y a deux semaines, le Nigeria a extradé 47 séparatistes anglophones au Cameroun, mais le gouvernement Camerounais dit qu’ils sont les terroristes. Un des séparatistes était Ayuk Tabe, le président provisoire du Cameroun du sud et les citoyens du sud exigent sa libération. La situation devient de plus en plus problématique comme samedi, le gouvernement Camerounais a imposé un couvre-feu dans les régions sud-ouest et dimanche, forces ont tué 23 citoyens et trois soldats dans le village sud-ouest du Kembong.
    Ses tensions illustrent les problèmes tenaces entre les francophones et les anglophones au Cameroun et à travers l’Afrique. Le 11 février est Youth Day au Cameroun – une fête de l’anniversaire du référendum de 1961 qui a unifié les anglophones et francophones du Cameroun. Le chahut de cette célébration, en plus de raids et les assassinats, illustre que l’unification du Cameroun et la cohabitation des langues française et anglais peut être menacé.

    • Linda Brindeau says:

      Au Cameroun, il existe beaucoup de tensions entre les Camerounais anglophones du nord-ouest et sud-ouest du pays et les Camerounais francophones du reste du pays. Les Anglophones disent que le gouvernement principalement francophone ne les respecte ni ne les représente. De ce fait, ils veulent faire sécession et de créer Ambazonia. En réponse aux sentiments, le gouvernement Camerounais a limité l’accès à Internet et au transport et a mené des raids dans les régions anglophones.
      Il y a deux semaines, le Nigeria a extradé 47 séparatistes anglophones au Cameroun, mais le gouvernement Camerounais affirment que ce sont des terroristes. Un des séparatistes était Ayuk Tabe, le président provisoire du Cameroun du sud et les citoyens du sud exigent sa libération. La situation devient de plus en plus problématique comme samedi où le gouvernement camerounais a imposé un couvre-feu dans les régions sud-ouest et dimanche où les forces de l’ordre ont tué 23 citoyens et trois soldats dans un village au sud-ouest du Kembong.
      Ses tensions illustrent les problèmes tenaces entre les Francophones et les Anglophones au Cameroun et à travers l’Afrique. Le 11 février est Youth Day au Cameroun – une fête de l’anniversaire du référendum de 1961 qui a unifié les anglophones et francophones du Cameroun. Le chahut de cette célébration, en plus de raids et les assassinats, illustre que l’unification du Cameroun et la cohabitation des langues française et anglaise peut être menacée.

  5. Elizabeth Gallo says:

    Hier était le Mardi Gras, le dernier jour du Carnaval et le jour qui précède le carême. En Guadeloupe il y avait une grande parade du Mardi Gras dans les rues de Basse-Terre. Chaque année il y a une parade ici organisé par La Fédé, qui est la Fédération du Carnaval et des fêtes en Guadeloupe. Cette année La Fédé a eu 28 000 euros de donations qui étaient décernés aux groupes participant. Dans la parade il y avait 50 groupes dont 45 ont participé au concours Winner. 23 groupes étaient récompensés mais 3000 euros ont décerné au Winner. La Fédé a donné des prix aux 3 premiers groupes dans différentes catégories comme meilleur décor, meilleure musique et meilleure chorégraphie. Cette idée est d’encourager le maximum de groupes à participer parce qu’il y a beaucoup d’efforts qui sont faits et beaucoup de dépenses qui sont consacrés aux jour de Mardi Gras. Dans le temps des groupes qui ne viennent pas de Basse-Terre comme Matamba ou Double Face ont obtenu le titre de Winner. Ce prouve que la Fédé ne préfère pas les groupes de Basse-Terre aux autres groupes. Le dernier jour du carnaval est une grosse affaire en Guadeloupe. Pour assister à ce performance féerique, il y avait plus de 100 000 personnes qui sont attendues tout au long du parade pour assurer que l’événement s’est bien passé.
    La célébration de Mardi Gras en Guadeloupe représente comment les Français ont imposé leur religion sur une groupe qui l’a transformé en quelque chose différent. Le carême est les 40 jours avant les Pâques et Mardi Gras est la célébration avant ce période du jeûne. Il n’existe pas des grandes parades de Carnaval en France comme dans les Caraïbes. Les peuples colonisés ont adopté la religion chrétienne, mais ils ont appliqué leur propre culture. Cette parade en Guadeloupe qui se passe chaque année représente comment les Guadeloupéens ont réapproprié le Christianisme pour répondre à leurs besoins.

    • Linda Brindeau says:

      Hier, c’était Mardi Gras, le dernier jour du Carnaval et le jour qui précède le début du carême. En Guadeloupe il y a eu une grande parade pour Mardi Gras dans les rues de Basse-Terre. Chaque année il y a une parade organisée par La Fédé, qui est la Fédération du Carnaval et des fêtes en Guadeloupe. Cette année, La Fédé a reçu 28 000 euros de donations qui ont été décernés aux groupes participant. Dans la parade, il y avait 50 groupes dont 45 ont participé au concours Winner. 23 groupes ont été récompensés mais 3000 euros ont été décerné au Winner. La Fédé a donné des prix aux 3 premiers groupes dans différentes catégories comme meilleur décor, meilleure musique et meilleure chorégraphie. Le but de cette idée est d’encourager le maximum de groupes à participer parce qu’il y a beaucoup d’efforts qui sont faits et beaucoup de dépenses qui sont consacrés au jour de Mardi Gras. Dans le temps, certains groupes qui ne venaient pas de Basse-Terre comme Matamba ou Double Face ont obtenu le titre de Winner. Cela prouve que la Fédé ne donne pas la préférence aux groupes de Basse-Terre vis-à-vis des autres groupes. Le dernier jour du carnaval est une grosse affaire en Guadeloupe. Pour assister à cette performance féerique, il y avait plus de 100 000 personnes qui étaient attendues tout au long de la parade pour assurer que l’événement se passe bien.
      La célébration de Mardi Gras en Guadeloupe illustre le fait que les Français ont imposé leur religion sur un groupe qui l’a transformé en quelque chose différent. Le carême a une durée de 40 jours avant Pâques et Mardi Gras est la célébration avant cette période de jeûne. Il n’existe pas de grandes parades de Carnaval en France comme dans les Caraïbes. Les anciens colonisés ont adopté la religion chrétienne, mais ils ont appliqué leur propre culture. Cette parade en Guadeloupe qui se passe chaque année montre bien que les Guadeloupéens se sont réappropriés le Christianisme pour répondre à leurs besoins.

  6. laura says:

    En 12 février 2018, Abdelkrim Zbadi, ministre de la Défense à la Tunisie, a refusé catégoriquement de permettre l’installation d’une base permanente de l’Organisation du traité Atlantique-Nord (OTAN) sur le territoire tunisien. L’OTAN aurait proposé cette base à Gabès, au sud-ouest du pays, pour lutter contre la drogue, le terrorisme, et de trafics à travers aux frontières. Selon Monsieur Zbadi, l’Union européenne lui a dit que si la Tunisie autorisait la base, l’UE donnerait trois millions d’euros à l’armée tunisienne. Cependant, la Tunisie « refuse la présence des militaires étrangers. » En 2016, les Etats-Unis ont sollicité la création d’une salle des opérations en Tunisie pour lutter contre l’instabilité de la Libye. La Tunisie a nié l’existence de cette base, mais les responsables américains ont la confirmée. Seulement 70 soldats étrangers résident dans le pays uniquement pour mission de l’entrainement de l’armée tunisienne.

    La Tunisie partage une frontière poreuse avec la Libye, un pays très déstabilisé dans la région. Grâce à sa démocratie et sa position dans le Maghreb, la Tunisie est un endroit tentant pour installer une base militaire. Pourquoi est-ce que la Tunisie ne veut pas permettre l’OTAN à créer une salle des opérations sur son sol ? La présence militaire de l’OTAN en Tunisie est controversée. Peut-être Tunis veut protéger sa souveraineté. Il est possible que Monsieur Zbadi veuille faire la pression sur l’OTAN pour obtenir les meilleures concessions. Peut-être la Tunisie veut développer sa puissance militaire pour devenir un sous-traitant de l’OTAN à l’avenir.

    • Linda Brindeau says:

      Le 12 février 2018, Abdelkrim Zbadi, ministre de la Défense en Tunisie, a refusé catégoriquement de permettre l’installation d’une base permanente de l’Organisation du traité Atlantique-Nord (OTAN) sur le territoire tunisien. L’OTAN aurait proposé cette base à Gabès, au sud-ouest du pays, pour lutter contre la drogue, le terrorisme, et la circulation aux frontières. Selon Monsieur Zbadi, l’Union européenne lui a dit que si la Tunisie autorisait la base, l’UE donnerait trois millions d’euros à l’armée tunisienne. Cependant, la Tunisie « refuse la présence des militaires étrangers». En 2016, les Etats-Unis ont sollicité la création d’une salle des opérations en Tunisie pour lutter contre l’instabilité de la Libye. La Tunisie a nié l’existence de cette base, mais les responsables américains ‘ont confirmée. Il n’y a que 70 soldats étrangers résidant dans le pays et seule mission est l’entrainement de l’armée tunisienne.

      La Tunisie partage une frontière poreuse avec la Libye, un pays très déstabilisé dans la région. Grâce à sa démocratie et sa position dans le Maghreb, la Tunisie est un endroit tentant pour installer une base militaire. Pourquoi est-ce que la Tunisie ne veut pas permettre l’OTAN de créer une salle des opérations sur son sol ? La présence militaire de l’OTAN en Tunisie est controversée. Peut-être que Tunis veut protéger sa souveraineté. Il est possible que Monsieur Zbadi veuille faire la pression sur l’OTAN pour obtenir de meilleures concessions. Peut-être que la Tunisie veut développer sa puissance militaire pour devenir un sous-traitant de l’OTAN à l’avenir.

  7. Linfeng Liu says:

    Le 6 février, Vietnam a assisté à la réunion de L’Association des nations de l’Asie du Sud-Est (ANASE) qui est une organisation politique, économique et culturelle de dix pays de l’Asie du Sud-Est. Pendant cette réunion, ils ont discuté des orientations de la coopération entre les pays qui ont mis l’accent sur le contre-terrorisme et la collaboration en réponse aux armes chimiques, biologiques, radiologiques et nucléaires. Cette réunion a reflété l’attention croissant à l’activité terroriste.

    De plus, Vietnam a suggéré de mettre en œuvre la Déclaration sur la conduite des parties dans la mer de l’est du Vietnam et de travailler à la finalisation du Code de Conduit juridiquement contraignant. La situation du territoire maritime entre le Vietnam et la Chine pose toujours un gros problème à eux. Cependant, ils ne sont pas les seuls qui concernent. Plus tôt en janvier, Jim Mattis, le secrétaire à la défense des États-Unis, a rendu une visite au Vietnam pour finaliser les plans d’amarrage d’un porte-avions dans le sud du Vietnam en mars. Lors de la conversation avec Ngo Xuan Lịch, le ministre de la défense du Vietnam, Jim lui a dit que les États-Unis veulent une relation plus forte avec le Vietnam plus fort et cette coopération militaire entre les pays va envoyer un signal à la Chine pour repenser son expansion. La controverse de la souveraineté du territoire maritime réside dans l’histoire de l’invasion donc il est difficile à décider qui a le droit. La raison pour laquelle tout le monde le veut sont les ressources. Ce problème dure plus de 20 années et devient plus compliqué à cause de l’intervention d’autres pays.

    Maintenant, Vietnam s’attend une première négociation réussie avec la Chine, qui aura lieu au Vietnam en mars. Alors, nous verrons comment les choses évoluent.

    • Linda Brindeau says:

      Le 6 février, le Vietnam a assisté à la réunion de L’Association des nations de l’Asie du Sud-Est (ANASE) qui est une organisation politique, économique et culturelle de dix pays de l’Asie du Sud-Est. Pendant cette réunion, ils ont discuté des orientations de la coopération entre les pays qui ont mis l’accent sur le contre-terrorisme et la collaboration en réponse aux armes chimiques, biologiques, radiologiques et nucléaires. Cette réunion a reflété l’attention croissante à l’activité terroriste.

      De plus, le Vietnam a suggéré de mettre en œuvre la Déclaration sur la conduite des parties dans la mer de l’est du Vietnam et de travailler à la finalisation du Code de Conduit juridiquement contraignant. La situation du territoire maritime entre le Vietnam et la Chine pose toujours un gros problème pour eux. Cependant, ils ne sont pas les seuls à être inquiets. Plus tôt en janvier, Jim Mattis, le secrétaire à la défense des États-Unis, a rendu visite au Vietnam pour finaliser les plans d’amarrage d’un porte-avions dans le sud du Vietnam en mars. Lors de la conversation avec Ngo Xuan Lịch, le ministre de la défense du Vietnam, Mattis lui a dit que les États-Unis veulent une relation plus forte avec le Vietnam et cette coopération militaire entre les pays va envoyer un signal à la Chine pour repenser son expansion. La controverse de la souveraineté du territoire maritime réside dans l’histoire de l’invasion donc il est difficile à décider qui a le droit. La raison pour laquelle tout le monde le veut vient des ressources. Ce problème dure depuis plus de 20 ans et devient de plus en plus compliqué à cause de l’intervention d’autres pays.

      Maintenant, le Vietnam s’attend une première négociation réussie avec la Chine, qui aura lieu au Vietnam en mars. Alors, nous verrons comment les choses évoluent.

  8. saaden says:

    Le Lundi 12 Février 2018, un homme handicapé libanais a été forcé par le groupe islamiste chiite, Hezbollah, de tenter de franchir les frontières Libano-Israéliennes au Sud du Liban. Le citoyen libanais, qui demeure anonyme, a été menacé d’être hospitalisé pour sa condition mentale par le parti terroriste, ce qui l’a conduit à obéir aux ordonnances. Au fait, ceci n’est pas la première fois qu’une transgression des frontières surgit: en 2006, Hezbollah avait pris en otage deux soldats Israéliens, ce qui a déclenché une guerre entre les deux pays. Cette hostilité entre les deux états date des années quarantes: après la proclamation officielle de l’indépendance de l’Israël, le Liban s’est opposé à toute relation diplomatique avec l’Israël en soutènement du peuple palestinien et a procédé par fermer ses frontières vis-à-vis des Israéliens en 1952.
    À mon avis, Hezbollah a fait exprès de menacer une personne handicapée, chose qui lui aurait permis de bouleverser la narration de l’histoire. Cette réécriture de l’incident aurait pu être un billet justificatif de tout attentat terroriste en réponse à l’Israël, tout en nuisant à la réputation du pays. Ce cadrage raté n’a fait que saboter tout effort commis par les diplomates libanais qui essaient sans cesse de rétablir quelques rapports avantageux avec leurs voisins. En effet, ceux qui lient Hezbollah au gouvernement libanais n’ont pas totalement tort: le Hezbollah s’arme de trois ministres qui le représentent au sein du parlement libanais.
    En se projetant vers l’avenir, cet act indigne pourrait attiser l’envie de certains partis politiques de complètement détacher le Hezbollah du gouvernement libanais. Ces dernier auraient une preuve concrète de la nature criminelle de ce groupe qui revendique constamment son innocence. D’une autre part, je prévois que le Hezbollah va nier tout rapport avec l’incident en dépit de l’aveu de l’individu en question. Celui-ci fut arrêté par les soldats israéliens et confié à l’armée libanaise pour l’investiguer.

    • Linda Brindeau says:

      Le lundi 12 février 2018, un homme handicapé libanais a été forcé par le groupe islamiste chiite, Hezbollah, de tenter de franchir les frontières Libano-Israéliennes au Sud du Liban. Le citoyen libanais, qui demeure anonyme, a été menacé d’être hospitalisé pour sa condition mentale par le parti terroriste, ce qui l’a conduit à obéir aux ordres. En fait, ceci n’est pas la première fois qu’une transgression des frontières surgit: en 2006, Hezbollah avait pris en otage deux soldats israéliens, ce qui a déclenché une guerre entre les deux pays. Cette hostilité entre les deux états date des années quarantes: après la proclamation officielle de l’indépendance d’Israël, le Liban s’est opposé à toute relation diplomatique avec Israël en soutien au peuple palestinien et a procédé en fermant ses frontières vis-à-vis des Israéliens en 1952.
      À mon avis, Hezbollah a fait exprès de menacer une personne handicapée, chose qui lui aurait permis de bouleverser la narration de l’histoire. Cette réécriture de l’incident aurait pu être un billet justificatif de tout attentat terroriste en réponse à l’Israël, tout en nuisant à la réputation du pays. Ce cadrage raté n’a fait que saboter tout effort commis par les diplomates libanais qui essaient sans cesse de rétablir des rapports avantageux avec leurs voisins. En effet, ceux qui lient Hezbollah au gouvernement libanais n’ont pas totalement tort: le Hezbollah est armé de trois ministres qui le représentent au sein du parlement libanais.
      En se projetant vers l’avenir, cet act indigne pourrait attiser l’envie de certains partis politiques de complètement détacher le Hezbollah du gouvernement libanais. Ces derniers auraient une preuve concrète de la nature criminelle de ce groupe qui revendique constamment son innocence. D’une autre part, je prévois que le Hezbollah va nier tout rapport avec l’incident en dépit de l’aveu de l’individu en question. Celui-ci fut arrêté par les soldats israéliens et confié à l’armée libanaise pour l’investiguer.

  9. Harper Clark says:

    Le jour de la Saint-Valentin, une loi très importante a été votée pour les droits des femmes au Maroc. La nouvelle loi, pour la première fois au Maroc, criminalise les «actes considérés comme des formes de harcèlement, d’agression, d’exploitation sexuelle ou de mauvais traitement» des femmes. C’est un énorme bond en avant pour les mouvements des droits de l’homme au Maroc. Cependant, certaines personnes soutiennent que ce n’est pas suffisant. Les féministes affirment que cela fait longtemps et que la loi ne mentionne pas le viol conjugal. La loi a été rédigée au parlement marocain il y a cinq ans mais n’a été modifiée qu’en 2018. Plus de 40% des femmes vivant dans les villes et âgées de 18 à 64 ans ayant participé à une enquête du Haut Commissariat au Plan ont déclaré: victimes d’un acte de violence au moins une fois. ” C’est une très triste nouvelle à entendre et la réponse du gouvernement à une telle question devrait être urgente. Bien que la réponse de la police au viol et à la violence domestique soit généralement élevée, elle peut être très peu rapportée avec peu de réponse pour certaines femmes. Dans certains cas, la police n’a pas donné suite, laissant les femmes aller et venir entre la police et le procureur. Le système peut donner l’impression aux femmes qu’elles mènent une guerre qu’elles ne peuvent pas gagner. Cela aggrave la situation lorsque les femmes n’ont pas la confiance de la signaler à la police ou au gouvernement. Cette nouvelle loi permettra aux femmes d’être mieux représentées et de prendre des mesures contre leur agresseur. Bien que cela se fasse depuis longtemps, on espère que cette nouvelle loi adoptée par le parlement marocain créera plus de sécurité.

    • Linda Brindeau says:

      Le jour de la Saint-Valentin, une loi très importante a été votée pour les droits des femmes au Maroc. La nouvelle loi, pour la première fois au Maroc, criminalise les «actes considérés comme des formes de harcèlement, d’agression, d’exploitation sexuelle ou de mauvais traitement» des femmes. C’est un énorme bond en avant pour les mouvements des droits de l’homme au Maroc. Cependant, certaines personnes soutiennent que ce n’est pas suffisant. Les féministes affirment que cela fait longtemps et que la loi ne mentionne pas le viol conjugal. La loi a été rédigée au parlement marocain il y a cinq ans mais n’a été modifiée qu’en 2018. Plus de 40% des femmes vivant dans les villes et âgées de 18 à 64 ans ayant participé à une enquête du Haut Commissariat au Plan ont déclaré être victimes d’un acte de violence au moins une fois. ” C’est une très triste nouvelle à entendre et la réponse du gouvernement à une telle question devrait être urgente. Bien que la réponse de la police au viol et à la violence domestique soit généralement élevée, elle peut être très peu rapportée avec peu de réponse pour certaines femmes. Dans certains cas, la police n’a pas donné suite, laissant les femmes aller et venir entre la police et le procureur. Le système peut donner l’impression aux femmes qu’elles mènent une guerre qu’elles ne peuvent pas gagner. Cela aggrave la situation lorsque les femmes n’ont pas la confiance de la signaler à la police ou au gouvernement. Cette nouvelle loi permettra aux femmes d’être mieux représentées et de prendre des mesures contre leur agresseur. Bien que cela se fasse depuis longtemps, on espère que cette nouvelle loi adoptée par le parlement marocain créera plus de sécurité.

  10. Cece Witherspoon says:

    Salut les blogueurs!
    Voici une mise à jour sur ce qui se passe actuellement au Sénégal …

    Le 10 février, des citoyens sénégalais et des partisans de partis politiques rivales protestaient ensemble dans les rues du Sénégal pour défendre et sauver la démocratie. Ils protestaient et exigeaient des élections libres et équitables pour la prochaine élection présidentielle de 2019. Les citoyens sénégalais ont peur que la structure démocratique de leur pays se transforme en une dictature et, par conséquent, ils doivent protester pour garantir leurs droits politiques. Cette agitation dans la communauté politique du Sénégal a commencé parce que le maire, Khalifia Sall, a été accusé d’avoir détourné des millions de dollars et fait face à un procès. Et, si le maire est reconnu coupable, il ne pourra pas se présenter aux prochaines élections présidentielles. Le peuple sénégalais pense que ce procès contre Khalifia Sall est politiquement motivé. Les manifestants croient que leur président actuel, Macky Sall, utilise les tribunaux pour éliminer tous les autres rivaux politiques potentiels.
    En dépit de ces problèmes dans la politique du Sénégal, le Sénégal est devenu l’une des économies les plus dynamiques au cours des dernières années sous la direction du président Sall. Les sénégalais vivent une vie meilleure en raison de la croissance économique des pays à cause des récentes découvertes pétrolières et gazières en mer. Les Sénégalais reconnaissent ces améliorations, mais ils croient que le gouvernement ne partage pas correctement cette nouvelle richesse.
    Cette protestation est le résultat de ce qui se passe dans toute la région de l’Afrique de l’Ouest. De nombreux pays d’Afrique de l’Ouest ont eu des manifestations similaires au cours des dernières semaines. Les Sénégalais et les Africains protestent contre l’augmentation du prix de la vie dans leurs villes et la justice politique.
    Je crois que les Africains, en particulier les jeunes, sont fatigués d’être ignorés. Par conséquent, ils organisent des manifestations et des marches dans les rues pour faire entendre leurs voix et leurs opinions. Je pense que la démocratie n’est pas toujours facile, mais il est toujours bon de se battre. Si les Africains et les Sénégalais ne voient pas de changement dans leur gouvernement et leurs systèmes politiques, alors nous pourrions voir plus de protestations comme celle-ci à l’avenir.

    • Linda Brindeau says:

      Salut les blogueurs!
      Voici une mise à jour sur ce qui se passe actuellement au Sénégal …

      Le 10 février, des citoyens sénégalais et des partisans de partis politiques rivaux ont protesté ensemble dans les rues du Sénégal pour défendre et sauver la démocratie. Ils protestaient et exigeaient des élections libres et équitables pour la prochaine élection présidentielle de 2019. Les citoyens sénégalais ont peur que la structure démocratique de leur pays se transforme en une dictature et, par conséquent, ils doivent protester pour garantir leurs droits politiques. Cette agitation dans la communauté politique du Sénégal a commencé parce que le maire, Khalifia Sall, a été accusé d’avoir détourné des millions de dollars et fait face à un procès. Et, si le maire est reconnu coupable, il ne pourra pas se présenter aux prochaines élections présidentielles. Le peuple sénégalais pense que ce procès contre Khalifia Sall est politiquement motivé. Les manifestants croient que leur président actuel, Macky Sall, utilise les tribunaux pour éliminer tous les autres rivaux politiques potentiels.
      En dépit de ces problèmes dans la politique du Sénégal, le Sénégal est devenu l’une des économies les plus dynamiques au cours des dernières années sous la direction du président Sall. Les sénégalais vivent une vie meilleure en raison de la croissance économique des pays à cause des récentes découvertes pétrolières et gazières en mer. Les Sénégalais reconnaissent ces améliorations, mais ils croient que le gouvernement ne partage pas correctement cette nouvelle richesse.
      Cette protestation est le résultat de ce qui se passe dans toute la région de l’Afrique de l’Ouest. De nombreux pays d’Afrique de l’Ouest ont eu des manifestations similaires au cours des dernières semaines. Les Sénégalais et les Africains protestent contre l’augmentation du prix de la vie dans leurs villes et la justice politique.
      Je crois que les Africains, en particulier les jeunes, sont fatigués d’être ignorés. Par conséquent, ils organisent des manifestations et des marches dans les rues pour faire entendre leurs voix et leurs opinions. Je pense que la démocratie n’est pas toujours facile, mais il est toujours bon de se battre. Si les Africains et les Sénégalais ne voient pas de changement dans leur gouvernement et leurs systèmes politiques, alors nous pourrions voir plus de protestations comme celle-ci à l’avenir.

  11. Paul Lafferty says:

    En Algérie, il est illégal d’être gay. Beaucoup de membres de la communauté gay sont obligés de cacher leur identité à cause de la peur, de la honte, de la sécurité, de la prison et de la mort. C’est pour cette raison que les homosexuels célèbrent les « rainbow ». Les mariages « rainbow » ne sont pas comme les mariages standard en l’Algérie. Dans ces mariages, un homme homosexuel et une femme lesbienne vont se marier pour pouvoir adopter et avoir des enfants. La paire est compatible en tant qu’amis, mais pas de sexe ou de romance. Ces mariages se produisent parce qu’ils préfèrent vivre une vie comme celle-ci plutôt que de vivre seuls. Le mariage homosexuel est illégal et punissable par la mort. Certains participent à ces mariages comme un acte de résistance. Ils ne permettront pas au gouvernement d’enlever leur bonheur et de les forcer à vivre une vie de solidarité.

    FRANCE 24 a parlé à Amelle, une lesbienne de 31 ans qui s’apprête à entrer dans un mariage de « rainbow ». Amelle partage que le fait d’épouser une personne d’un autre sexe est devenu l’alternative à sortir du placard, lorsque cette dernière mène à l’ostracisation de la société. Pour vivre heureux, Amelle et son fiancé devront donc vivre cachés. Un choix douloureux mais assumé.

    Il est regrettable qu’Amelle doive vivre de cette façon, mais elle espère aussi qu’avec ces mariages, le changement et l’acceptation vont arriver.

    • Linda Brindeau says:

      En Algérie, il est illégal d’être gay. Beaucoup de membres de la communauté gay sont obligés de cacher leur identité à cause de la peur, de la honte, de la sécurité, de la prison et de la mort. C’est pour cette raison que les homosexuels célèbrent les « rainbow ». Les mariages « rainbow » ne sont pas comme les mariages standard en l’Algérie. Dans ces mariages, un homme homosexuel et une femme lesbienne vont se marier pour pouvoir adopter et avoir des enfants. Le couple est compatible en tant qu’amis, mais pas sexuellement ou romantiquement. Ces mariages se produisent parce qu’ils préfèrent vivre une vie comme celle-ci plutôt que de vivre seuls. Le mariage homosexuel est illégal et punissable par la mort. Certains participent à ces mariages comme un acte de résistance. Ils ne permettront pas au gouvernement d’enlever leur bonheur et de les forcer à vivre une vie de solidarité.

      FRANCE 24 a parlé à Amelle, une lesbienne de 31 ans qui s’apprête à entrer dans un mariage de « rainbow ». Amelle partage que le fait d’épouser une personne d’un autre sexe est devenu l’alternative à sortir du placard, lorsque cette dernière mène à l’ostracisation de la société. Pour vivre heureux, Amelle et son fiancé devront donc vivre cachés. Un choix douloureux mais assumé.

      Il est regrettable qu’Amelle doive vivre de cette façon, mais elle espère aussi qu’avec ces mariages, le changement et l’acceptation vont arriver.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *