Billet 5: Mercredi 28 mars

Présentez une analyse d’un des deux films que vous avez vus en février.

This entry was posted in Uncategorized. Bookmark the permalink.

20 Responses to Billet 5: Mercredi 28 mars

  1. Isabel Cooke says:

    J’ai regardé les films « L’Avenir » et « Quand on a 17 ans ». Je les ai aimés beaucoup et ai pensé qu’ils sont bien faits. Je pense qu’ils ont les mêmes sentiments et thèmes de vide et de trouver une identité. Nathalie, Thomas et Damien ont ressenti de vide dans les films et ont du mal avec trouver leur nouvelle identité. Pour Nathalie, c’est après son mari lui divorcé et pour Thomas, c’est sa situation d’être un orphelin et pour Damien, (et sa mère) c’est quand son père est mort pendant la guerre.
    J’ai pensé que « L’Avenir » était le meilleur film entre les deux parce que j’ai tellement aimé l’usage de philosophie. Je pense que c’était un mélange intéressant entre la philosophe des jeunes et la philosophe traditionnelle de Nathalie. Une scène que j’aimais et l’un ou Nathalie a refus d’utiliser les nouvelles couvertures de livre que les publicitaires. Je pense que c’est symbolique de sa croyance dans la vieille philosophie. C’était foule quand elle était tirée de son occupation avec cette compagnie de livre, mais je pense que cela et son divorce, en fin de compte, lui a aidé à se réinventer.
    J’aimais l’usage des textes de grec (je pense que c’était Plato) que Damien utilise de gagner l’amour de Thomas. Ils ont fait leurs devoirs dans une scène et Damien a lu un texte qui s’agit de l’amour entre homme et homme. Le texte dit que c’est l’amour le plus naturelle et bon dans le monde. Je pense que l’usage des textes et ouvrages traditionnels dans les deux films illustre l’universalité de se perdre et d’essayer de comprendre la vie.

    • Linda Brindeau says:

      J’ai regardé les films « L’Avenir » et « Quand on a 17 ans ». Je les ai beaucoup aimés et j’ai pensé que c’étaient de bons films. Je pense qu’ils partagent les mêmes sentiments et thèmes de vide et cette idée de se trouver une identité. Nathalie, Thomas et Damien ont ressenti de vide dans les films et ont du mal à trouver leur nouvelle identité. Pour Nathalie, c’est après son divorce avec son mari et pour Thomas, c’est sa situation d’orphelin et pour Damien, (et sa mère) c’est quand son père est mort pendant la guerre.
      J’ai pensé que « L’Avenir » était le meilleur film entre les deux parce que j’ai tellement aimé l’usage de philosophie. Je pense que c’était un mélange intéressant entre la philosophe des jeunes et la philosophe traditionnelle de Nathalie. Une scène que j’aimais est celle où Nathalie a refusé d’utiliser les nouvelles couvertures de livres des publicitaires. Je pense que c’est symbolique de sa croyance dans la vieille philosophie. C’est incroyable qu’elle ait été licenciée de ce poste mais je pense qu’entre ça et son divorce, en fin de compte, tout cela l’a aidée à se réinventer.
      J’aimais l’usage des textes de grec (je pense que c’était Platon) que Damien utilise pour séduire Thomas. Ils étaient en train de faire leur devoir dans une scène et Damien a lu un texte qui traite de l’amour entre deux hommes. Le texte dit que c’est l’amour le plus naturel et bon au monde. Je pense que l’usage des textes et ouvrages traditionnels dans les deux films illustre l’universalité de se perdre et d’essayer de comprendre la vie.

  2. saaden says:

    En 2013, Dieudo Hamadi, un cinéaste et réalisateur congolais, fait sortir son documentaire intitulé “Examen d’Etat.” Hamadi s’attaque principalement à l’inégalité raciale au Congo qui demeure incrustée dans le système politique mais aussi aborde-t-il une question financière. À travers son documentaire, celui-ci suit un groupe de lycéens qui ont du mal à nager entre deux eaux: compléter leur éducation secondaire en réussissant aux épreuves du baccalauréat congolais et travailler après les cours afin de payer pour leur éducation. Hamadi souligne notamment l’importance jouée par la religion dans la vie quotidienne des étudiants qui y font recours au fur et à mesure du documentaire.

    Dans la mise en scène, certains lycéens sont chassés des cours pour des raisons financières, mais ceci ne serait pas leur seul obstacle: après une longue grève, leurs enseignants ont du mal à compléter les programmes scolaires. C’est ainsi que les élèves se regroupent ensemble pour une révision commune. Leurs efforts sont en vains: vu la corruption présente au Congo, tous les élèves sont mal préparés et sont ainsi invités à tricher par leurs camarades qui ont déjà réussi aux épreuves. Les réponses aux examens sont circulées par SMS et, à la fin du documentaire, la majorité de ces lycéens réussi. Seul Joël, l’un des acteurs principaux du film, n’arrive pas à obtenir son baccalauréat et doit retenter sa chance l’année suivante.

    Par le biais de son film qui prend un sens métaphorique, Hamadi reproduit la corruption dans laquelle baigne le Congo. La présence des anciennes colonies reste évidente dans le système éducatif du pays: les enseignants ayant reçu la même éducation ont du mal à la transmettre aux élèves tout en étant mal compensés. C’est un cercle vicieux au sein duquel la seule réponse serait de tricher pour réussir.

    • Linda Brindeau says:

      En 2013, Dieudo Hamadi, un cinéaste et réalisateur congolais, fait sortir son documentaire intitulé “Examen d’Etat.” Hamadi s’attaque principalement à l’inégalité raciale au Congo qui demeure incrustée dans le système politique mais aussi aborde-t-il une question financière. À travers son documentaire, celui-ci suit un groupe de lycéens qui ont du mal à nager entre deux eaux: terminer leur éducation secondaire en réussissant aux épreuves du baccalauréat congolais et travailler après les cours afin de payer leur éducation. Hamadi souligne notamment l’importance jouée par la religion dans la vie quotidienne des étudiants qui y font recours au fur et à mesure du documentaire.

      Dans la mise en scène, certains lycéens sont chassés des cours pour des raisons financières, mais ceci ne serait pas leur seul obstacle: après une longue grève, leurs enseignants ont du mal à terminer les programmes scolaires. C’est ainsi que les élèves se regroupent ensemble pour une révision commune. Leurs efforts sont en vains: vu la corruption présente au Congo, tous les élèves sont mal préparés et sont ainsi invités à tricher par leurs camarades qui ont déjà réussi aux épreuves. On fait circuler les réponses aux examens par SMS et, à la fin du documentaire, la majorité de ces lycéens réussit. Seul Joël, l’un des acteurs principaux du film, n’arrive pas à obtenir son baccalauréat et doit retenter sa chance l’année suivante.

      Par le biais de son film qui prend un sens métaphorique, Hamadi reproduit la corruption dans laquelle baigne le Congo. La présence des anciennes colonies reste évidente dans le système éducatif du pays: les enseignants ayant reçu la même éducation ont du mal à la transmettre aux élèves tout en étant mal compensés. C’est un cercle vicieux au sein duquel la seule réponse serait de tricher pour réussir.

  3. Harper Clark says:

    J’ai regardé Ma vie de Courgette de Claude Barras et Quand sur 17 ans d’André Techine. Pour moi, ils étaient vraiment de bons films avec des messages similaires. Le message de Ma vie de Courgette était que vous pouvez trouver l’amour et le soutien de n’importe qui, pas seulement de votre famille biologique. Ce même message est vrai dans Quand sur un 17 ans mais c’est plus compliqué car Tomas et Damian se détestent au début. Courgette se sent mal à l’aise à l’orphelinat au début, mais il ne le déteste pas ou n’importe qui, en fait, ils deviennent une famille. Tomas et Damian se détestent et se battent constamment les uns après les autres après les cours. Le père de Tomas meurt et la mère de Damian a un bébé et à travers ces deux événements complexes de la vie, ils se rendent compte qu’ils ont été amoureux l’un de l’autre. Ils finissent par l’embrasser et faire l’amour au lieu de se battre les uns les autres. Courgette et Simon ont une relation similaire, même si ce n’est pas romantique. Simon choisit d’abord Courgette au début du film mais à la fin, il est clair qu’ils ont développé une véritable amitié. La dynamique des parents est aussi intéressante car Courgette perd sa mère (bien qu’elle soit abusive) et Tomas perd son père (bien qu’il soit plus âgé et éprouve de l’admiration pour le fait que son père soit militaire). La mère de Tomas reçoit Damian de la même manière que l’officier Raymond prend Courgette, par amour et par attention. Ce sont deux bons films qui apprennent au spectateur que l’amour et les soins peuvent être trouvés dans des endroits improbables.

    • Linda Brindeau says:

      J’ai regardé Ma vie de Courgette de Claude Barras et Quand sur 17 ans d’André Téchiné. Pour moi, c’étaient vraiment de bons films avec des messages similaires. Le message de Ma vie de Courgette était que vous pouvez trouver l’amour et le soutien de n’importe qui, pas seulement de votre famille biologique. Ce même message est vrai dans Quand sur un 17 ans mais c’est plus compliqué car Thomas et Damien se détestent au début. Courgette se sent mal à l’aise à l’orphelinat au début, mais il ne le déteste pas ou n’importe qui, en fait, ils deviennent une famille. Thomas et Damien se détestent et se battent constamment après les cours. Le père de Thomas meurt et la mère de Damien a un bébé et à travers ces deux événements complexes de la vie, ils se rendent compte qu’ils étaient amoureux l’un de l’autre. Ils finissent par s’embrasser et faire l’amour au lieu de se battre. Courgette et Simon ont une relation similaire, même si ce n’est pas romantique. Simon choisit d’abord Courgette au début du film mais à la fin, il est clair qu’ils ont développé une véritable amitié. La dynamique des parents est aussi intéressante car Courgette perd sa mère (bien qu’elle soit abusive) et Thomas perd son père (bien qu’il soit plus âgé et éprouve de l’admiration pour le fait que son père soit militaire). La mère de Tomas reçoit Damien de la même manière que l’officier Raymond prend Courgette, par amour et par attention. Ce sont deux bons films qui apprennent au spectateur que l’amour et les soins peuvent être trouvés dans des endroits improbables.

  4. nassera says:

    Examen d’Etat est un film-documentaire dont l’histoire se déroule à Kisangani, ville de la République Démocratique du Congo.
    Dès les premières scènes du film, on observe le protagoniste en train de participer à un rituel religieux afin de réussir son examen d’état. Le film, en effet, raconte tout le parcours d’un groupe d’étudiants congolais et leur préparation pour l’examen d’état : ce parcours devient encore plus difficile pour eux du moment où ils se trouvent exclus de l’école à cause de l’impossibilité de payer les frais d’inscription. Par conséquent, ce groupe d’étudiants s’auto-organise avec des lectures préparées par eux-mêmes dans un petit endroit qu’ils ont loué pour ce but. L’intrigue se développe grâce à des rituels religieux, les journées passées à étudier et l’arrivée de deux anciens élèves qui proposent au groupe de tricher car c’est le seul moyen de réussir le BAC.
    Le groupe, ensuite, décide d’acheter les réponses du BAC, mais il se retrouve avec des mauvaises réponses après la première épreuve. Enfin, après avoir obtenu les bonnes réponses et avoir passer l’examen, les dernières scènes montrent la joie des étudiants qui ont réussi leurs examens et le désespoir du personnage principal, qui n’a pas pris son BAC et qui devrait retourner à travailler au marché avec sa famille et attendre une autre année pour repasser l’examen et essayer d’améliorer sa vie.

    Ce que j’ai trouvé intéressant par rapport à ce film, qui se présente quand même comme un documentaire, c’est le fait qu’il souligne de manière excellente les rapports entre la France et la République Démocratique du Congo.
    Premièrement, le fait que les étudiants congolais aient le BAC comme examen, le même que tous les jeunes français ont en France, est un véritable indicateur des liaisons culturelles et administratives encore présentes entre la France et les pays francophones. Le fait que les élèves doivent étudier la culture française de la même manière dont elle est étudiée par leurs camarades en France indique clairement la domination culturelle française présente dans le contenu qui est étudié en Congo.
    En deuxième lieu, le film, en racontant la vie de ces étudiants, montre les analogies entre le monde scolaire, corrompu et géré par des administrateurs blancs, et le gouvernement du pays, également corrompu et soumis à l’influence français.
    Enfin, le film est une preuve de l’impossibilité de mobilité sociale pour ceux qui ne sont pas conformés à la culture dominante.

    • Linda Brindeau says:

      Examen d’Etat est un film-documentaire dont l’histoire se déroule à Kisangani, une ville de la République Démocratique du Congo.
      Dès les premières scènes du film, on observe le protagoniste en train de participer à un rituel religieux afin de réussir son examen d’état. Le film, en effet, raconte tout le parcours d’un groupe d’étudiants congolais et leur préparation pour l’examen d’état : ce parcours devient encore plus difficile pour eux à partir du moment où ils se trouvent exclus de l’école à cause de l’impossibilité de payer les frais d’inscription. Par conséquent, ce groupe d’étudiants s’auto-organise avec des lectures préparées par eux-mêmes dans un petit endroit qu’ils ont loué pour ce but. L’intrigue se développe grâce à des rituels religieux, les journées passées à étudier et l’arrivée de deux anciens élèves qui proposent au groupe de tricher car c’est le seul moyen de réussir le BAC.
      Le groupe, ensuite, décide d’acheter les réponses du BAC, mais il se retrouve avec des mauvaises réponses après la première épreuve. Enfin, après avoir obtenu les bonnes réponses et avoir passé l’examen, les dernières scènes montrent la joie des étudiants qui ont réussi leurs examens et le désespoir du personnage principal, qui n’a pas réussi son BAC et qui devrait retourner à travailler au marché avec sa famille et attendre une autre année pour repasser l’examen et essayer d’améliorer sa vie.

      Ce que j’ai trouvé intéressant par rapport à ce film, qui se présente quand même comme un documentaire, c’est le fait qu’il souligne de manière excellente les rapports entre la France et la République Démocratique du Congo.
      Premièrement, le fait que les étudiants congolais aient le BAC comme examen, le même que tous les jeunes français ont en France, est un véritable indicateur des liaisons culturelles et administratives encore présentes entre la France et les pays francophones. Le fait que les élèves doivent étudier la culture française de la même manière dont elle est étudiée par leurs camarades en France indique clairement la domination culturelle française présente dans le contenu qui est étudié au Congo.
      En deuxième lieu, le film, en racontant la vie de ces étudiants, montre les analogies entre le monde scolaire, corrompu et géré par des administrateurs blancs, et le gouvernement du pays, également corrompu et soumis à l’influence française.
      Enfin, le film est une preuve de l’impossibilité de mobilité sociale pour ceux qui ne sont pas conformés à la culture dominante.

  5. liulin says:

    L’avenir est un film dramatique réalisée par Mia Hansen-Love. Il est sorti en 2016.
    Nathalie, joué par Isabelle Huppert, est le personnage principal, qui est professeur de la philosophie dans un lycée. Elle travaille également avec un petit éditeur pour publier ses œuvres. Sa vie est occupée par ses deux enfants, son mari et sa mère qui prétend se suicider constamment pour attirer son attention. Cependant, son monde change soudainement son monde change soudainement après l’affaire de son mari et la mort de sa mère. Elle est libre et elle commence à explorer sa vie après de nombreuses années. Elle va à la commune qui est comme un autonome que son élève a construite dans la montagne, change l’avis de Pandora, son chat et accueille une nouvelle vie de son petit-fils.

    Il existe deux sujets dans ce film. Le premier est la vie quotidienne. La représentation de ce sujet est si proche de la réalité que Nathalie est comme la femme d’à côté. D’autre part, le deuxième est la philosophe qui est au-delà de la vie quotidienne. Ces deux rendent ce film très intéressant parce que l’idée de la philosophie se reflète en douceur dans les conversations sans obscurité. Les dialogues entre personnages sont parfois poétiques et sont prisent de réflexion. Ils posent des questions de ce que nous devrions faire avec la vie lorsque nous relevons des défis

    J’aime la technique du réalisateur. Le film possède une structure et un montage apparemment aléatoires, créant ainsi une ambiance de tranquillité et calme même quand Nathalie est en colère ou triste. Toutefois, je trouve que certaines parties du film sont un peu déprimée. Par exemple, après Nathalie connaît l’affaire de son mari, elle s’allonge seule dans l’herbe. La musique à la fin est un très bon choix qu’il se combine bien avec le ton du film.

    Après tous, la vie elle-même est toujours une philosophie.

    • Linda Brindeau says:

      L’avenir est un film dramatique réalisé par Mia Hansen-Love. Il est sorti en 2016.
      Nathalie, joué par Isabelle Huppert, est le personnage principal, qui est professeur de philosophie dans un lycée. Elle travaille également avec un petit éditeur pour publier ses œuvres. Sa vie est occupée par ses deux enfants, son mari et sa mère qui prétend se suicider constamment pour attirer son attention. Cependant, son monde change soudainement après l’aventure de son mari et la mort de sa mère. Elle est libre et elle commence à explorer sa vie après de nombreuses années. Elle va dans une communauté autonome construite dans la montagne par un de ses élèves, change l’avis de Pandora, son chat et accueille la nouvelle vie de son petit-fils.

      Il existe deux sujets dans ce film. Le premier est la vie quotidienne. La représentation de ce sujet est si proche de la réalité que Nathalie est comme la femme d’à côté. D’autre part, le deuxième est la philosophe qui est au-delà de la vie quotidienne. Ces deux rendent ce film très intéressant parce que l’idée de la philosophie se reflète en douceur dans les conversations sans obscurité. Les dialogues entre les personnages sont parfois poétiques et sont comme des pistes de réflexion. Ils posent des questions de ce que nous devrions faire avec la vie lorsque nous relevons des défis.

      J’aime la technique du réalisateur. Le film possède une structure et un montage apparemment aléatoires, créant ainsi une ambiance de tranquillité et calme même quand Nathalie est en colère ou triste. Toutefois, je trouve que certaines parties du film sont un peu déprimée. Par exemple, après Nathalie connaît l’affaire de son mari, elle s’allonge seule dans l’herbe. La musique à la fin est un très bon choix car il se combine bien avec le ton du film.

      Après tout, la vie elle-même est toujours une philosophie.

  6. Mallorey FitzGerald says:

    Le film Ma Vie de Courgette est un film animé qui était réalisé par Claude Barras et Michael Sinterniklaas. Dans le film, un petit garçon qui s’appelle Courgette déménage au foyer d’accueil après la mort de sa mère. Au début, Courgette est intimidé par un des autres enfants, Simon. Après quelque temps, Simon et Courgette se rendent compte qu’ils ont fait face les difficultés similaires au cours de leurs vies et ils se font des amis. À qu’il devient plus confortable au foyer d’accueil, Courgette fait plus d’amis et il apprend qu’il n’est pas seul.
    Au cours du film, il y a beaucoup de symboles qui illustrent les épreuves de Courgette, mais comment il a pu les surmonter. Ses choses bien précieuses sont le cerf-volant de son père et la canette de bière de sa mère. Bien qu’il soit jeune et il ne comprend pas tout, il associe ces objets avec ses parents et un sentiment d’appartenance. À la fin du film, il met sur le cerf-volant une photo des enfants du foyer d’accueil, qui illustre un nouveau sentiment d’appartenance.
    Durant le temps qu’il a passé au foyer d’accueil, Courgette apprend que la famille n’est pas nécessairement une mère, un père et les autres parents consanguins, mais les personnes qui l’aiment et l’appuient. Ça c’est illustre par mettant la photo de sa nouvelle famille sur le cerf-volant et aussi par l’adoption de Courgette et son ami, un autre enfant placé dans la famille d’accueil, Camille, par l’agent de police Raymond, qui devient une figure paternelle pour Courgette et Camille. Je pense que le film était très bon, parce qu’il était innocent et amusant, mais il avait un message très important.

    • Linda Brindeau says:

      Le film Ma Vie de Courgette est un film animé qui a été réalisé par Claude Barras et Michael Sinterniklaas. Dans le film, un petit garçon qui s’appelle Courgette déménage au foyer d’accueil après la mort de sa mère. Au début, Courgette est intimidé par un des autres enfants, Simon. Après quelques temps, Simon et Courgette se rendent compte qu’ils ont fait face à des difficultés similaires au cours de leur vie et ils deviennent amis. Au fur et à mesure qu’il devient plus confortable au foyer d’accueil, Courgette se fait de plus en plus d’amis et il apprend qu’il n’est pas seul.
      Au cours du film, il y a beaucoup de symboles qui illustrent les épreuves de Courgette, mais aussi comment il a pu les surmonter. Ses choses bien précieuses sont le cerf-volant de son père et la canette de bière de sa mère. Bien qu’il soit jeune et il ne comprend pas tout, il associe ces objets avec ses parents et ressent un sentiment d’appartenance. À la fin du film, il met sur le cerf-volant une photo des enfants du foyer d’accueil, qui illustre un nouveau sentiment d’appartenance.
      Durant le temps qu’il a passé au foyer d’accueil, Courgette apprend que la famille n’est pas nécessairement une mère, un père et les autres parents consanguins, mais les personnes qui l’aiment et le soutiennent. Ce qu’il illustre en mettant la photo de sa nouvelle famille sur le cerf-volant et aussi par l’adoption de Courgette et son ami, un autre enfant placé dans la famille d’accueil, Camille, par l’agent de police Raymond, qui devient une figure paternelle pour Courgette et Camille. Je pense que le film était très bon, parce qu’il était innocent et amusant, mais il avait un message très important.

  7. Elizabeth Gallo says:

    Le film, L’Avenir, raconte l’histoire d’une femme, Nathalie, qui est confronté à une série d’événements difficiles. Nathalie est prof de philosophie au lycée, une profession qui la rend intellectuellement rempli. Sa concentration sur sa carrière l’aide en surmontant les difficultés dans sa vie. En d’autres termes, la philosophie devient sa vie. Elle développe une relation intellectuelle avec un de ses anciens élèves, nommé Fabien. Cette relation l’aide aussi en face de ses difficultés.
    Nathalie et son mari Heinz sont des professeurs et des intellectuels. Ils ont vraiment une marriage intellectuelle, bien qu’ils aient des différentes façons d’enseigner. Nathalie et Heinz ont deux enfants, une fille et un fils. La fille trouve que Heinz a une relation avec une autre femme et elle dit à son père qu’il doit choisir cette autre femme ou sa mère. Heinz décide qu’il veut habiter avec sa autre femme et il abandonne Nathalie après 25 ans de mariage.
    La mère de Nathalie a des problèmes de santé mentale et elle compte sur Nathalie pour l’aide. Nathalie décide de placer sa mère dans un foyer de groupe pour la santé de sa mère et elle-même. Juste après Heinz abandonne Nathalie et elle place sa mère dans le foyer de groupe, sa mère a un chute et elle meurt. Ses deux événements apporte beaucoup de stress et de tristesse à Nathalie, alors elle cherche refuge dans le philosophie. Fabien aide Nathalie avec sa récupération et il l’invite à sa ferme pour quelques jours. Elle visite cette ferme deux-trois fois pendant le film. Entre ses visites, la naissance de sa petite-fille, et sa carrière, elle trouve sa liberté. Sans les responsabilités d’une mère malade et un mari infidèle, elle peut se concentrer sur elle-même et trouver la paix.

    • Linda Brindeau says:

      Le film, L’Avenir, raconte l’histoire d’une femme, Nathalie, qui est confrontée à une série d’événements difficiles. Nathalie est prof de philosophie au lycée, une profession qui la rend intellectuellement satisfaite. Sa concentration sur sa carrière l’aide à surmonter les difficultés dans sa vie. En d’autres termes, la philosophie devient sa vie. Elle développe une relation intellectuelle avec un de ses anciens élèves, nommé Fabien. Cette relation l’aide aussi face à ses difficultés.
      Nathalie et son mari Heinz sont des professeurs et des intellectuels. Ils ont vraiment un mariage intellectuel, bien qu’ils aient des façons différentes d’enseigner. Nathalie et Heinz ont deux enfants, une fille et un fils. La fille se rend compte que Heinz a une relation avec une autre femme et elle dit à son père qu’il doit choisir cette autre femme ou sa mère. Heinz décide qu’il veut habiter avec cette autre femme et il abandonne Nathalie après 25 ans de mariage.
      La mère de Nathalie a des problèmes de santé mentale et elle compte sur Nathalie pour l’aider. Nathalie décide de placer sa mère dans un foyer de groupe pour la santé de sa mère et elle-même. Juste après que Heinz abandonne Nathalie et qu’elle place sa mère dans le foyer de groupe, sa mère fait une chute et elle meurt. Ses deux événements apportent beaucoup de stress et de tristesse à Nathalie, alors elle cherche refuge dans la philosophie. Fabien aide Nathalie avec sa récupération et il l’invite à sa ferme pour quelques jours. Elle visite cette ferme deux-trois fois pendant le film. Entre ses visites, la naissance de sa petite-fille, et sa carrière, elle trouve sa liberté. Sans les responsabilités d’une mère malade et un mari infidèle, elle peut se concentrer sur elle-même et trouver la paix.

  8. laura says:

    Dans le film Examen d’état, un groupe des élèves de la République Démocratique du Congo étudie pour un examen qui peut déterminer leurs avenirs. Cependant, il existe un problème : les élèves doivent payer les salaires des professeurs mais ils n’ont pas de l’argent. Par conséquent, les élèves doivent partir l’école. Sans la formation, ils unissent ses forces pour réviser pour cet examen d’importance grave. Les élèves louent une maison et étudier beaucoup chaque jour. Enfin, beaucoup des élèves réussissent l’examen et ils peuvent assister à l’université et trouver les carrières lucratives. Les autres élèves retournent aux boulots non qualifiés. Peut-être l’année prochaine. Le film est bien fait. Cependant, il manque le contexte utile. Il est possible que le réalisateur a voulu faire le film pour un public qui connais bien la formation du Congo, mais pour moi j’étais perdu quelquefois. Je n’ai pas bien compris l’importance de l’examen et les bénéfices de réussir l’examen ou les conséquences de l’échec. De plus, je n’ai pas bien compris comment les élèves ont loué une maison toutes seules. Je voudrais une meilleure compréhension du système scolaire du Congo et les raisons pour le manque de mobilité économique.

    • Linda Brindeau says:

      Dans le film Examen d’état, un groupe d’élèves de la République Démocratique du Congo étudie pour un examen qui peut déterminer leur avenir. Cependant, il existe un problème : les élèves doivent payer les salaires des professeurs mais ils n’ont pas de l’argent. Par conséquent, les élèves doivent quitter l’école. Sans formation, ils unissent leurs forces pour réviser pour cet examen d’importance majeure. Les élèves louent une maison et étudient beaucoup chaque jour. Enfin, beaucoup des élèves réussissent l’examen et ils peuvent assister à l’université et trouver des carrières lucratives. Les autres élèves retournent à des emplois non qualifiés. Peut-être l’année prochaine. Le film est bien fait. Cependant, il manque le contexte utile. Il est possible que le réalisateur a voulu faire le film pour un public qui connaît bien la formation du Congo, mais pour moi j’étais perdue quelquefois. Je n’ai pas bien compris l’importance de l’examen et les bénéfices de réussir l’examen ou les conséquences de l’échec. De plus, je n’ai pas bien compris comment les élèves ont loué une maison tous seuls. Je voudrais une meilleure compréhension du système scolaire du Congo et les raisons pour le manque de mobilité économique.

  9. Cece Witherspoon says:

    Salut les blogueurs !

    J’ai vu le film A peine j’ouvre les yeux en février. Ce film faisait partie da la Tournées Film Festival présenté par le département français de Dickinson. Dans ce film, il s’agit d’une jeune fille nommée Farah, qui grandit en Tunisie. Ce film a lieu juste avant la révolution de Jasmin, qui était le résultat du Arab Spring. Farah est la chanteuse principale d’un groupe local. Une nuit, Farah est enregistré chanter une chanson qui proteste contre le gouvernement oppresseur de Zine el-Abidine Ben Ali, le président de la Tunisie. Cette vidéo a été prise par l’un des membres du groupe, qui est en fait un membre secret du gouvernement. Farah est kidnappée et prise en otage par un groupe de policiers, jusqu’à ce que sa mère conclue un accord avec le policier et la sauve. La mère de Farah, Hayet, est très protectrice envers sa fille parce qu’elle sait que son caractère rebelle pourrait lui être en difficulté. Le film, A peine j’ouvre les yeux, est un grand film qui observe les luttes de la vie dans un pays avec un gouvernement oppresseur, et combien il peut être dangereux de parler et de se battre pour ce quoi on croit. En outre, le film, A peine j’ouvre les yeux, examine la relation entre une mère et une fille et comment l’amour d’une mère est vraiment inconditionnel.

    J’ai aimé ce film parce que je pensais que c’était très intéressant et pertinent dans la société d’aujourd’hui. Les deux personnages principaux du film, Farah et Hayet, sont des femmes. Avoir les personnages principaux de ce film être des femmes fortes étaient vraiment inspirante à voir. Il est inspirant de voir les femmes et les filles réussissent dans une société et une profession patriarcale, telles que l’industrie du divertissement. De plus, je pense que les femmes et les filles offrent une histoire plus intéressante et personnelle à leurs spectateurs aussi. Partout dans le monde, les femmes et les filles sont réduites au silence ou leurs opinions ne sont pas appréciées. Malgré cette triste vérité, les deux personnages principaux d’A peine j’ouvre les yeux sont des femmes fortes, passionnées et intelligentes qui n’ont pas peur de se battre et de défendre leurs croyances.

    En conclusion, je recommande ce film à tous mes blogueurs ! Si vous voulez voir un film de passage à l’âge adulte, ou un film passionnant (parfois effrayant) sur la révolte contre les systèmes politiques injustes, ce film est pour vous !

    • Linda Brindeau says:

      Salut les blogueurs !

      J’ai vu le film A peine j’ouvre les yeux en février. Ce film faisait partie de la Tournées Film Festival présenté par le département français de Dickinson. Dans ce film, il s’agit d’une jeune fille nommée Farah, qui grandit en Tunisie. Ce film a lieu juste avant la révolution du Jasmin, qui était le résultat du Printemps Arabe. Farah est la chanteuse principale d’un groupe local. Une nuit, Farah est enregistrée en train de chanter une chanson qui proteste contre le gouvernement oppresseur de Zine el-Abidine Ben Ali, le président de la Tunisie. Cette vidéo a été prise par l’un des membres du groupe, qui est en fait un membre secret du gouvernement. Farah est kidnappée et prise en otage par un groupe de policiers, jusqu’à ce que sa mère conclue un accord avec le policier et la sauve. La mère de Farah, Hayet, est très protectrice envers sa fille parce qu’elle sait que son caractère rebelle pourrait la mettre en difficulté. Le film, A peine j’ouvre les yeux, est un grand film qui observe les luttes de la vie dans un pays avec un gouvernement oppresseur, et combien il peut être dangereux de parler et de se battre pour ce à quoi on croit. En outre, le film, A peine j’ouvre les yeux, examine la relation entre une mère et une fille et comment l’amour d’une mère est vraiment inconditionnel.

      J’ai aimé ce film parce que je pensais que c’était très intéressant et pertinent dans la société d’aujourd’hui. Les deux personnages principaux du film, Farah et Hayet, sont des femmes. Avoir les personnages principaux de ce film être des femmes fortes étaient vraiment inspirant à voir. Il est inspirant de voir les femmes et les filles réussir dans une société et une profession patriarcale, telles que l’industrie du divertissement. De plus, je pense que les femmes et les filles offrent une histoire plus intéressante et personnelle à leurs spectateurs aussi. Partout dans le monde, les femmes et les filles sont réduites au silence ou leurs opinions ne sont pas appréciées ou valorisées. Malgré cette triste vérité, les deux personnages principaux d’A peine j’ouvre les yeux sont des femmes fortes, passionnées et intelligentes qui n’ont pas peur de se battre et de défendre leurs croyances.

      En conclusion, je recommande ce film à tous mes blogueurs ! Si vous voulez voir un film de passage à l’âge adulte, ou un film passionnant (parfois effrayant) sur la révolte contre les systèmes politiques injustes, ce film est pour vous !

  10. Paul Lafferty says:

    Un film que j’ai regardé ce semestre était, Quand on a 17 ans. Le film raconte l’histoire de Damien, un jeune homme qui vit avec sa mère Marianne, médecin, pendant que son père se bat à l’étranger. Il est intimidé (bullied) par Thomas, dont la mère est malade. Finalement, les garçons vivent ensemble et leur relation amoureuse commence. Le film analyse les intersections de la navigation de la sexualité et de la masculinité. En tant que jeunes hommes, Damien et Thomas se débattent tous les deux sur le thème du film. Cependant, cette lutte réunit les deux et leur permet de naviguer ensemble leur sexualité et leur masculinité.

    J’ai aimé ce film parce que, en tant que membre de la communauté LGBT, c’est un sujet très important pour moi. Bien que beaucoup ne s’en rendent pas compte, c’est un problème très commun dans la communauté LGBT. Beaucoup ne savent pas comment naviguer dans ces thèmes pour plusieurs raisons. Par exemple, il y a un manque de direction, de visibilité et de nombreux membres LGBT sont obligés de cacher leur identité. Ce film travaille à changer ce récit. Les jeunes membres de la communauté ont enfin une culture à laquelle ils peuvent s’identifier. Cette représentation importante va changer la vie de beaucoup.

  11. Linda Brindeau says:

    Un film que j’ai regardé ce semestre était, Quand on a 17 ans. Le film raconte l’histoire de Damien, un jeune homme qui vit avec sa mère Marianne, médecin, pendant que son père se bat à l’étranger. Il est intimidé (bullied) par Thomas, dont la mère est malade. Finalement, les garçons vivent ensemble et leur relation amoureuse commence. Le film analyse les intersections de la navigation de la sexualité et de la masculinité. En tant que jeunes hommes, Damien et Thomas se débattent tous les deux sur le thème du film. Cependant, cette lutte réunit les deux et leur permet de naviguer ensemble leur sexualité et leur masculinité.

    J’ai aimé ce film parce que, en tant que membre de la communauté LGBT, c’est un sujet très important pour moi. Bien que beaucoup ne s’en rendent pas compte, c’est un problème très commun dans la communauté LGBT. Beaucoup ne savent pas comment naviguer dans ces thèmes pour plusieurs raisons. Par exemple, il y a un manque de direction, de visibilité et de nombreux membres LGBT sont obligés de cacher leur identité. Ce film travaille à changer ce récit. Les jeunes membres de la communauté ont enfin une culture à laquelle ils peuvent s’identifier. Cette représentation importante va changer la vie de beaucoup.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *