raglande-


J’ai appris beaucoup de nouveau grâce à l’article de Gordon. Par exemple, je ne savais jamais que la magazine Gourmet était crée par un Américain  (Earle MacAusland, né en 1892 dans le Massachusetts.) C’était le premier magazine américain dévoué à la cuisine et au vin. Son sous-tître est « le magazine du bien vivre » ; c’est vraiment un « magazine de luxe. » Pendant les années dont MacAusland était le chef du magazine, Gourmet avait un air masculin avec les articles sur la chasse, et cetera. Mais après son mort, il y avait une transformation notable dans le style du magazine. Plus des femmes ont lu Gourmet, alors, le magazine est devenu plus féminin. Il y avait des autres changements quand Condé Nast a acheté le magazine : beaucoup des articles sur le voyage étaient présent.

L’auteur discute beaucoup les tendances des couvertures de Gourmet. Les deux tendances sont le style français et le style américain. Le climat politique et les relations entre la France et l’Amérique ont dictées les styles de couverture à travers les années. C’est intéressant que les relations politiques aient un tel effet sur l’image du magazine parce que son titre, Gourmet, est un mot français !

Les memoirs de Julia Child étaient charmants, touchants, et amusants. La lecture raconte son arrivé en France, et sa découverte des joies et surprises de la cuisine française. Elle est tombée amoureuse avec le goût français et l’atmosphère du repas français avec les courses et le vin. Eventuellement, elle a passé des courses à l’école Cordon Bleu et elle raconte l’histoire de son examen final. Elle avait étudié les grandes recettes très compliquées mais elle n’était pas préparée pour les questions sur les repas simples. Elle se fâchait beaucoup mais elle a gagné du succès plus tard.

Julia Child décrit aussi le procès de publier son livre « Mastering the art of French cooking. » C’était difficile d’accepter les critiques de ses amies françaises parce que chaque recette n’était jamais assez « française. » A mon avis, c’est très difficile pour quelqu’un d’une autre culture d’interpréter et enseigner comment faire la vraie cuisine française quand on n’est pas français. Bien sur, Julia Child savait beaucoup sur le sujet, mais il y a ce je-ne-sais-quoi avec qui les français sont nés. C’est possible, aussi, que les français résistent l’idée d’enseigner aux américains comment faire la cuisine authentique française – c’est la grande fierté de la France et on ne veut pas donner trop du crédit aux chefs des autres pays.

« Au travers de la carrière de Raymond Oliver, on se rend compte que la suprématie parisienne  en matière d’innovation gastronomique est une permanence. »

Cette affirmation represent l’importance de la nouvelle cuisine et l’opinion de la gastronomie parisienne dans la société française.

La nouvelle cuisine a gagné de l’attention pendant les années 1960s. Deux personnages importants dans l’histoire de la nouvelle cuisine s’appellent Henri Gault et Christian Millau. Ils étaient des journalistes qui ont écrit de la gastronomie et des restaurants. En 1969 ils ont crées Le Nouvel Guide Gault-Millau qui a utilisé leur rubrique pour critiquer la nouvelle cuisine. Ils admettent qu’ils ne sont pas spécialement autorisés pour la critique gastronomique, mais on donne leur opinion quand même.

Gault et Millau ont créé aussi une liste des « dix commandements » pour les cuisiniers. La liste inclut ne cuire pas trop, n’être pas systématiquement moderniste, et être inventif. Pour moi, c’est très intéressant que l’idée de la « nouvelle cuisine » avait tant popularité et que Gault et Millau ont trouvés tant de succès. Le fait qu’ils étaient les amateurs démontre les changements dans la pensée pendant cette période.

Next Page »