February 22, 2013

Dans le deuxième échange du Skype, on a discuté la vie des jeunes en France et aux États-Unis. En français, j’ai demandé à Alex de décrire la ville de Toulouse. Il m’a dit que Toulouse ressemble la ville française typique – à peu près une demie million habitants, beaucoup de cafés avec des petites tables rondes et un beau fleuve qui complète l’esthétique provinciale. Puis, on a discuté les aspects de la ville qui s’appliquent aux jeunes. C’est facile d’y vivre pour les jeunes ; il y a tous dont on a besoin : une université, des bars et clubs, des magasins et des autres activités. Aussi important que les activités sont l’atmosphère générale. La population de Toulouse est assez diverse, mais il n’y a trop d’embrouilles ou problèmes – cette ville n’est pas complètement uniforme, mais elle est non plus vraiment globale. D’après Alex, il manque juste un Starbucks.

 

En anglais, Alex m’a demandé sur ma ville (la belle Carlisle) et, plus généralement, sur la vie américaine. En répondant, j’ai décrit Carlisle et Dickinson, et tous qu’on peut faire ici. Je lui ai expliqué que les étudiants peuvent être dans beaucoup des clubs ou organisations, mais les stéréotypes n’appliquent autant que celles du lycée. Puis, on a discuté l’idée du discours public aux États-Unis, et comment les idées des jeunes peuvent influencer le plus grand débat du pays. Pour moi, j’ai expliquais, c’est la partie la plus importante d’être un américain jeune.

 

À la fin de la discussion, Alex m’a dit qu’il aimerait bien habiter à New York City.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Calendar