le capitalisme

Les perceptions du capitalisme sont diffèrent entre la France et les États-Unis. Les deux pays ont des économies capitalistes, mais les États-Unis ont la perception que seuls les riches prospèrent et qu’ils se soucient très peu du bien-être de leur peuple. La politique nationale française prévoit des congés obligatoires pour les nouveaux parents, un meilleur accès aux services de garde d’enfants, des durées de vacances garanties et des restrictions du nombre de semaines de travail. Ces droits ont été acquis grâce à la protestation. Aux États-Unis, la majeure partie de la richesse du pays est détenue par un faible pourcentage et l’inégalité entre les régions est plus grande. En raison de sa taille, il est difficile pour les États-Unis d’harmoniser leurs systèmes. Les écoles, par exemple, sont réparties géographiquement et les ressources mises à la disposition des élèves varient d’une région à l’autre. Cette décentralisation renforce la conception française selon laquelle les États-Unis ont un système dominé par les intérêts de quelques privilégiés, autrement dit du capitalisme hiérarchique. Les pays ont évolué tels qu’ils sont en raison de leur taille: avec la population française réduite, il est plus facile de mettre en place des politiques avantageuses pour leurs citoyens. Les États-Unis, composés de plusieurs régions distinctes ayant des besoins différents, posent un défi : certaines politiques de protection sociale peuvent être plus bénéfiques dans certains États, alors qu’elles ne sont pas nécessaires dans d’autres. Quoi qu’il en soit, les Américains se dirigent lentement dans la bonne direction pour générer plus d’égalité entre les classes socio-économiques.

One Reply to “le capitalisme”

Leave a Reply