La Coût de la Santé

November 15, 2019

Description :

 

Je suis allé chez le médecin deux fois depuis mon arrivée en France. La première fois, J’étais malade avec un rhume et peut-être une infection des sinus. J’ai demandé le nom d’un médecin au centre Dickinson, et j’ai trouvé un sur Guidebook qui est comme un UrgentCare aux États-Unis. L’attente et le bureau étaient similaires aux Etats-Unis, mais la façon dont le rendez-vous s’est passé et le paiement étaient très différents. Le médecin a demandé mon nom après le rendez-vous, seulement pour le paiement. Par ailleurs, je n’ai pas rempli des formulaires lors du rendez-vous, même pas un formulaire pour dire au médecin mes antécédents médicaux. Le cout du rendez-vous était 25 euros, et le cout pour les médicaments était 10 euros.

Image result for pharmacie

Interprétation :

Même si je savais que les coûts des médecins et des médicaments sont moins ici qu’aux États-Unis, j’étais encore surpris, surtout à la pharmacie. Les soins de santé et les assurances fonctionnent différemment en France, et la plupart sont gérés par l’État. Pour moi, c’était un peu différent parce que j’ai l’assurance avec Dickinson. France a le Protection Universelle Maladie, qui est le soin de santé universal et qui est géré par l’État. C’est aussi pourquoi les médicaments sont moins chers pour la plupart. Les gens cotisent au système de sécurité sociale et s’ils habitent ici, ils peuvent souvent obtenir leurs rendez-vous et leurs médicaments gratuitement.

 

Évaluation :

Même si je n’habite pas en France et que je devais payer mon rendez-vous à la fin de celui-ci (jusqu’à ce que mon assurance me rembourse), j’ai toujours payé beaucoup moins que quelqu’un qui était dans la même situation que moi aux États-Unis. J’étais surprise que je devais payer pendant le rendez-vous au lieu d’après, mais je le préfère de cette façon. Parce que je suis en faveur de la santé universelle, j’aime bien ce système d’assurance et du soin de santé.

Note du blog : 15/20

Un exemple fort du rapport état/peuple!


Le milieu de la mode pour les étudiants

November 15, 2019

Description :

Avant je suis arrivé en France, je discutais de mes inquiétudes et des espoirs d’arriver avec d’autres étudiants de Dickinson qui avaient étudié ici avant moi. J’ai demandé à une de mes amies quelle était la chose qui l’avait le plus surpris des Français après son arrivée. Sa réponse était la mode. Elle a dit qu’il est essentiellement interdit de porter des leggings à la place d’un pantalon et que les gens sont habillés agréablement et sont présentables chaque jour. Après quelques jours en France, j’ai vu que c’était vrai. Tout le monde dans les rues est bien habillé et il est rare de voir des gens qui portent des leggings. Aux États-Unis et particulièrement sur les campus universitaires, il est pratiquement uniforme pour les filles se portent des leggings confortables ou même des pantalons de jogging en classe et autour du campus. J’ai vite remarqué ici que ce n’est pas le cas. La mode est à la mode avec le « streetwear » et la haute couture chez les étudiants, même en classe où les étudiants américains ne se présentent pas toujours bien.

 

Interprétation :

J’ai demandé à une fille de l’équipe de foot comment tout le monde était toujours bien habillé, mais au même temps je suis sûr qu’ils font de l’exercice toujours et vont chez le centre de fitness. Elle a dit que les gens en général ne parlent pas de l’exercice et ne portent pas de vêtements de sport en public. C’est différent pour moi parce que les étudiants de Dickinson portent fréquemment leurs vêtements de la gym dans leurs cours ou à la cafétéria. Ici en France, la manière dont on se présente dans les espaces publics est différente. Le sujet de la manière dont on se présente a été abordé dans mon cours sur le genre, en particulier mon prof a noté que les femmes françaises devraient s’habiller assez modestement. Cela ne veut pas dire que les femmes doivent s’habiller comme « Petite Maison sur la Praire », mais pas trop révélateur en général. La discussion avec les autres élèves s’est suivi et il semble que la façon dont les gens s’habillent donner beaucoup d’importance. On peut dire à la classe socio-économique et même à l’affiliation politique que la manière dont quelqu’un se présente. J’ai essayé de rechercher un peu sur l’histoire de la mode en France et j’ai appris qu’il existe une riche histoire de la mode ici, en particulier avec des origines de Paris. La mode est une forme d’art et de culture, et la manière dont les gens se présentent est importante dans les premières impressions et pour gagner le respect. La combinaison des attentes pour se présenter bien et la riche histoire de la mode créent une culture dans laquelle presque tout le monde est toujours bien habillé.

 

Evaluation :

Je me demande si les différences remontent aux thèmes abordés dans mes autres cours de français au sujet de la différence entre l’assimilation et l’intégration. Il y a une unité et une uniformité en France qui ne sont pas aussi intenses aux États-Unis. Il est plus courant de s’habiller de façon décontractée à l’université et dans les rues chez moi. Pour l’aspect à l’université, je trouve que l’école en général est un cadre plus formel ici. La formalité consiste à s’habiller bien et à s’abstenir des actions courantes dans les universités américaines, comme manger dans le cours. Ces différences dans la culture de la mode peuvent éclairer les différences plus vives entre les cultures universitaires et les cultures de la vie quotidienne entre les États-Unis et la France.

Image result for france fashion"

Note du blog : 15,5/20

Une réflexion clé qui regroupe d’autres thématiques bien essentiels, le public et le privé, l’hiérarchie et ses origines historiques.


Le changement du nom des rues

November 14, 2019

Image result for toulouse street signs

Description

Avant que j’ai su dans quelle quartier j’habite, je savais seulement les faits que j’habite au centre ville et sur boulevard d’arcole. J’ai pensé que puisque le boulevard est une grande rue à Toulouse, il y aura beaucoup de gens qui connaîtraient la rue. Donc chaque fois que quelqu’un m’a demandé où j’habite, j’ai dit exactement ce que je savais: “au centre ville sur boulevard d’arcole,” mais chaque fois que j’ai dit ça, ils ont montré un visage un peu confus et ils aurait demandé “c’est où?” Par conséquent, j’étais confuse parce que j’ai pensé qu’il était un peu bizarre qu’ils ne savaient pas une si grande rue comme cela. C’était quand je rentrais chez moi un jour que j’ai remarqué que le nom de la rue jusqu’avant s’appelle boulevard lascrosse !

Interprétation

Je me souviens au début de l’année scolaire, quand nous avons fait plusieurs visites guidées de Toulouse avec Monsieur Créma, il nous a fait remarquer que les noms des rues changent chaque fois qu’il y a une autre rue qui la traverse. Il a expliqué que au contraire des États-Unis où le plan d’une ville est plutôt comme une grille, en France il y a beaucoup de rue qui se croisent à cause d’être plus vieux. Puisque les rues sont plus vieilles en France, elles doivent s’adapter aux nouvelles rues qui sont ajoutées. J’ai parlé avec une française et elle a ajouté le fait que la plupart des noms des rues garde un nom historique. Cela veut dire que les noms indiquent souvent à quoi servait la rue dans le passé. Donc les noms des rues sont une autre façon de garder l’histoire de la ville.

Évaluation

Avant d’apprendre la signification des noms des rues, j’ai pensé simplement qu’ils ne sont pas trop pratiques car ils m’ont causé beaucoup de confusion quand j’ai essayé de trouver les directions à Toulouse. J’ai pensé aussi qu’ils ne sont pas logique parce que les rues aux Etats-Unis sont très claires et simples à comprendre pour naviguer, mais une rue en France va changer tout à coup quand on marche à un nouveau pâté de maisons. Mais après avoir appris la signification, je les ai apprécié plus, particulièrement comment les noms des rues gardent l’histoire de la ville pour se souvenir le passé.

Note du blog : 15/20

Un retour intéressant d’une citadine toulousaine!

Attention à l’usage des mots ‘confus’ et ‘confusion’ ce sont des faux amis et les expressions précises s’imposent. Le plus fréquent ..Cela porte à confusion…


Les Pourboires et La Service aux Restaurants

November 8, 2019

Description :

Les premières fois que j’ai mangé dans les restaurants en France, j’étais étonnante que les Français n’ajoutent pas un pourboire aux additions. J’ai souvent pensé que j’avais oublié de donner un pourboire et j’avais toujours l’impression d’avoir oublié de faire quelque chose quand j‘ai quitté les restaurants. Une fois en septembre, j’étais à un restaurant l’après-midi pour prendre un verre avec une amie français. Après avoir payé nos additions j’ai laissé une pièce en euros sur la table. En sortant, mon ami a dit : “tu as laissé une pièce sur la table, tu y vas“, et elle m’a donné la pièce.

 

Interprétation :

Au début, quand elle m’a donné la pièce, j’ai pensé qu’elle s’était trompe. Mais après une conversation, j’ai appris qu’ils ne paient pas les serveurs ici en France. Après la conversation, j’ai commencé à remarquer que les relations entre serveur et client étaient différentes ici. Mon ami m’a expliqué que d’habitude, les pourboires sont inclus dans les prix de la nourriture ou des boissons, ou au moins, l’addition. Les serveurs n’ont pas la même motivation d’être “amis” avec leurs clients car il n’y a pas le risque de perdre leurs pourboires. Leurs salaires ne dépendent pas de pourboires.

 

Image result for restaurant bill euros stock image

Evaluation :

Je trouve que même si les serveurs ne dépendent pas de pourboires, le service en France est très bien. J’aime Maintenant, parfois, je pense encore que je dois donner un pourboire, simplement parce que c’est naturel pour moi. Mais j’aime que je peux garder mes pièces pour payer quelque chose d’autre au lieu de les laisser sur la table pour le serveur ! Je comprends que les prix incluent cet argent, mais les prix sont toujours beaucoup moins chers à ceux des États-Unis, donc je me demande comment les restaurants composent cet argent, parce que je sais maintenant que c’est l’établissement qui paie les serveurs, pas les pourboires.

 

Note avant la correction : 14/20

Excellent sujet avec quelques imprécisions car les pourboires existent en France aussi, mais la pratique n’est pas exactement la même.

Attention à langue, trop de fautes encore des accords (nombre et genre)

et la narration au passé (l’usage passé composé et imparfait)


Européens sans frontières

November 8, 2019

Description :

Il était un week-end d’octobre où je rendais visite à la maison de montagne des parents de l’un de mes hôtes. Nous étions dans les Pyrénées Montagnes, qui sont situées dans la frontière entre la France et l’Espagne. Nous avons eu un bon repas et après nous avons décidé de visiter un peu la région. Mes hôtes m’ont dit que nous étions à quelques kilomètres d’Espagne et que nous pouvions traverser la frontière si je voulais le voir. Ma première pensée était de paniquer parce que je n’avais pas mon passeport avec moi. Bien que j’aie compris qu’il y a eu une liberté de mouvement dans des certains pays de l’Union européenne, je n’avais pas compris que les passeports n’étaient pas nécessaires. J’ai exprimé mes inquiétudes et ils m’ont dit que la seule différence réelle à la frontière est que les gens parlent espagnol au lieu de français. Quand nous sommes rendus en France, j’ai remarqué les vieux bâtiments qui servaient de contrôle des frontières. Aujourd’hui, ces stations ne sont pas utilisées et les gens ont la liberté de se déplacer sans les problèmes entre chaque pays.

 

 

Interprétation :

En tant qu’Américaine étudiante en voyage à l’étranger, je rêvais d’avoir mon passeport reçoit des tampons dans divers pays afin de la montrer à ma famille et à mes amis pour montrer mes voyages. Quand je suis arrivé à Bruxelles avant d’arriver en France, mon passeport portait le premier timbre européen. Cependant, à mon prochain arrêt en France, il n’était pas tamponné et n’a plus de tampon depuis mon arrivée en août. J’ai trouvé étrange qu’il n’y ait pas de sécurité lors de la conduite entre pays et des pays à cote. Mes hôtes ont expliqué qu’il s’agissait d’une résultant de l’accord de Schengen des années 1980 et que les résidents des pays de la région de Schengen sont autorisés à se déplacer sans difficulté dans cette région. Je discutais avec un élève de mon cours qui était venue aux États-Unis et a traversé la frontière avec le Canada et les Etats-Unis à Niagara Falls. Elle m’a dit que le processus était très sérieux et intense. Cette évaluation peut être différente si j’ai eu une conversation avec quelqu’un qui se souvient d’une époque antérieure à l’accord de Schengen. J’ai des amis américains qui étudient en Europe, aussi, et ont trouvé la sécurité des frontières choquante (desquelles? soyez précis). Nous sommes habitués à la sécurité intense des frontières décrite par mon ami de classe. La sécurité d’aéroport est également plus prudente. Les voyages entre pays de cette région (laquelle?) ressemblent à des voyages entre états des États-Unis.

 

Evaluation :

Je trouve que c’est intéressant de voir les différences dans la sécurité des frontières. Je sais qu’il y avait plus de contrôle aux frontières avant les années 1980, comme l’ont expliqué mes hôtes et donc je me suis renseigné un peu sur les accords de Schengen et l’espace Schengen. Je suis sûr que la liberté de mouvement à la frontière a été un sujet de débat avec la crise de l’immigration récemment. Aux États-Unis, il existe de nombreuses tensions dans le sujet de la sécurité des frontières et le sujet principal des discussions politiques pour les élections de 2020. C’est très diffèrent ici de voir les gens passer d’un pays à l’autre sans problème et de penser au même temps qu’à la frontière entre le Mexique et les États-Unis, il y a la violence et des troubles. Chaque système de sécurité est en place pour servir les intérêts des citoyens, mais je pense que les États-Unis pourraient trouver des enseignements du système européen.

 

 

Note avant la correction :  15/20

Un sujet intéressant qui démontre bien les différences entre les frontières et les politiques qui les soutiennent. Par contre, il faut être plus clair dans votre choix d’exemples entre ‘régions’.

Pour information, le traité de Maastricht et de la liberté de mouvement est rentrée en vigueur en 1995.


L’amitié entre les inconnus

November 5, 2019

Image result for lighter

Description

En France, quand je marche dans la rue ou je prends le métro, j’ai remarqué que ce n’est pas normal d’engager dans les conversations avec les inconnus à côté de moi ou même de sourire aux inconnus. Vraiment, il n’y a pas beaucoup d’instances où les inconnus vont échanger des banalités. Cependant, en fait une chose qui est toujours présente entre les inconnus français est la question pour du feu : « Désolé, excusez-moi, est-ce que vous avez du feu ? » Et presque tout le temps, les français le leur donnent avec plaisir. C’est une des seules fois que les français sont très amicaux de l’un à l’autre. Après avoir demandé du feu et le lui retourner, les inconnus vont continuer leur conversation avec leurs propres amis, et ils ne vont pas commencer à échanger des banalités entre eux.

 

Interprétation

            Aux États-Unis, il est très normal d’échanger des banalités avec des inconnus, même si on n’a pas de question ou quelque chose à demander. Particulièrement, quand on demande pour quelque chose, on va continuer avec des petites banalités après la demande. Les petites banalités marchent presque comme un petit remerciement pour leur aide et gentillesse. J’étais avec une copine française une fois et elle a demandé l’inconnu jusqu’à côté de nous du feu. Mais après avoir demandé, ils n’ont pas échangé d’autres mots. J’ai dit mes observations à ma copine et elle a dit que, en générale, les français n’ont pas une culture de banalités avec les inconnus. Elle a dit que couramment les seules fois que les français parlent avec les inconnus sont quand on demande du feu, ou quand on demande pour les directions, « et ça c’est tout » dit ma copine. Aux États-Unis, c’est aussi normal si on marche dans la rue et on regarde quelqu’un dans les yeux de faire un petit sourire, mais ce n’est pas du tout normal en France.

 

Évaluation

Bien sûr, ça toujours dépend de chaque région en France et chaque état aux États-Unis, mais généralement, je me sens que les américains échangent beaucoup de banalités tandis que les français ne les aiment pas trop. Une des premiers choses que j’ai appris dans le cours de Toulouse Colloquium était le fait qu’on ne devrait pas sourire aux inconnus en France, parce qu’un sourire à un inconnu apporte des autres connotations qu’un sourire aux États-Unis. Moi, j’ai l’habitude de sourire aux inconnus quand je rencontre quelqu’un dans les yeux, donc au début de vivre à Toulouse, il était un peu bizarre parce que chaque fois que j’ai regardé quelqu’un dans les yeux, je lui ai donné un petit sourire, mais il/elle m’a répondu pas avec un sourire mais avec un visage un peu dérangeant. Donc, c’était un peu comme j’ai du développer une habitude de ne pas sourire aux inconnus. Maintenant, j’ai la capacité de ne pas sourire aux inconnus, mais il y a quelques fois quand je me suis trompée et je lâche un petit sourire.

 

Note avant la correction : 14,5/20

Excellent sujet qui touche à une nuance importante dans la sociabilité. Attention aux mauvaises formulations – l’un entre l’autre et placement de la négation


Pas le grignotage?

October 10, 2019

Description

A ma maison d’accueil, il y a une belle cuisine avec tout ce dont vous pourriez avoir besoin. Mais, le premier  fois que je suis allée faire des courses, j’ai été surprise. Quand je suis revenue à la maison, j’ai commencé à ranger ma nourriture. J’ai mis les légumes et le lait dans le frigidaire, les pâtes sur le comptoir au-dessus du four, et les bananes dans le panier des fruits. Mais, aussi, je m’étais acheté des cookies. Je ne pouvais pas trouver un lieu pour les choses comme les cookies et les chips. Enfin, j’ai mis les cookies à côté du panier du pain. Mais cette expérience m’a fait comprendre qu’il n’y a pas des collations dans la maison.

Image preview

Interprétation

Ma première pensée était que c’est juste mon hôtesse qui ne grignote pas. Mais après avoir parlé à mes amis, j’ai découvert que c’est rare de trouver une maison avec beaucoup de collations, ou pour les gens à grignoter en général. J’ai demandé à un homme français pourquoi les Français ne grignotent pas ? Il m’a dit qu’en France, l’acte de manger ce n’est pas juste pour manger pour alimenter votre corps. C’est vraiment pour le plaisir. Ça c’est pourquoi les repas pendent plus de temps. Donc, pourquoi « snacker » s’il n’est pas pour le plaisir ? Les français ne mangent pas juste parce qu’ils ont faim, mais pour avoir un évènement agréable avec leurs familles ou leurs amis. J’ai demandé à une française la même question, elle m’a dit que c’est aussi parce que les Français sont plus inquiets pour leur poids, et « snacker » est les calories supplémentaires dont ils n’ont pas besoin et ne veulent pas.

Évaluation

Après avoir fait quelques fois mes courses, je me sentais plus à l’aise de ranger mes aliments dans la cuisine. J’achète les « snacks » encore, mais je ne me sens pas française quand je le fais. Pour moi, c’est normal de manger quand on a faim. Et avec les dîners à 20h, j’ai faim l’après-midi ! Je pense que c’est une chose à laquelle je ne peux pas m’habituer complètement, mais je comprends que c’est une différence et pourquoi. Je pense qu’il est beaucoup mieux de ne manger qu’aux repas et de manger pour le plaisir, mais je suis coin dans mes habitudes américaines !

Note : 15,5/20


L’alcool du point de vue d’une américaine qui a 20 ans

October 10, 2019

Description :

L’alcool, ses lois et son rôle dans la vie sont différents en France qu’aux Etats-Unis. Les differences ont particulièrement notable pour quelqu’un comme moi, qui à 20 ans. La différence la plus évidente est l’âge auquel on peut boire l’alcool. C’est nouveau et différent pour moi. Ici en France, je trouve que c’est courant aux repas et avec désinvolture. C’est la même chose aux États-Unis pour les repas entre familles et mes parents lorsque nous allons dîner, mais je n’ai jamais eu accès à de l’alcool comme je le fais ici. Même pour les excursions académiques, où normalement on m’interdirait, nous avions plusieurs des repas où il y avait de l’alcool avec des professeurs et des administrateurs. Bien que cela puisse être plus courant après 21 ans, c’est quelque chose que je n’ai jamais connu et auquel je ne suis pas habituée. La dégustation du vin était utilisée comme excursion de classe et une méthode d’apprentissage de la culture, aussi. Cela n’aurait jamais été une activité de classe pour moi aux Etats-Unis.

Interprétation :

C’est captivant pour moi de discuter pas juste avec des étudiants français, mais avec d’autres étudiants européens, aussi. Les étudiants qui participant à ERASMUS viennent de nombreux pays européens et s’amusent à dire que les Américains ne peuvent pas sortir de boire un verre aux Etats-Unis. Ils parlent des stéréotypes sur les soirées universitaires américaines comme avec des fraternités. La différence dans la culture de la consommation d’alcool n’est pas entre les Etats-Unis et la France, mais en fait entre les Etats-Unis et de nombreux pays européens. Mes hôtes ont dit que les Américains aiment toujours le vin quand ils viennent en France, aussi. Il semble pour moi que les étudiants français de notre âge ne soient pas aussi enthousiastes à l’égard de l’alcool parce que ce n’est pas un nouveau truc pour eux.

Evaluation :

C’est intéressant de voir des lois différentes comme les lois de la consomption d’alcool entre les deux pays. Un aspect commun à noter dans l’existence des lois est la différence d’âge d’un permis de conduire et l’âge de consommation d’alcool. Aux États-Unis, on peut conduire une voiture à 16 ans, bien que les accidents de la route soient la principale cause de décès aux États-Unis. En France, les lois sont inversées et il faut être plus âgée pour conduire mais pouvoir boire plus tôt et plus en sécurité avec sa famille. Il faut du temps pour comprendre les conséquences de l’alcool et je pense qu’il est préférable en France d’introduire la consommation d’alcool de manière plus sûre avec la famille. Aux États-Unis, les étudiants vont à l’université et abusent de l’alcool car ils n’y avaient jamais eu accès auparavant. Les lois différentes ont créé des différences entre les deux cultures et je me demande ce qui distingue les âges entre ces lois.

 

Image result for alcohol store toulouse

Note : 16,5/20

 


Les familles SDFs

October 10, 2019

Déscription

Quand je suis arrivée à Toulouse, une des premières choses que j’ai remarqué était la prévalence des tentes pour les SDFs. Ce que j’ai remarqué en plus était la prévalence des petits enfants qui habitent avec leurs parents dans les tentes. C’était troublant parce que les enfants sont vraiment jeunes: il y en a beaucoup qui n’ont pas encore 5 ans. Ma famille d’accueil habite sur la rue Boulevard d’Arcole, qui est une assez grande rue à Toulouse. Du coup, chaque jour, je vois plein de tentes desquelles logent non pas seulement les SDFs, mais aussi les familles SDFs. Par exemple, la tente que je passe au quotidien loge une femme, un homme, et leurs deux enfants.

Image result for refugee families in tents in france

Interpretation

J’étais tellement choquée parce que, même si je viens de Los Angeles où il y a beaucoup beaucoup des SDFs, j’ai jamais vu des familles tous ensemble dans la rue. En particulier, j’ai jamais vu un enfant si jeune qui est un SDF. J’ai discuté ce sujet dans mon cours de français, et ma professeur française a expliqué que le phénomène des familles SDFs est dû à la crise migratoire européenne. La plupart des familles SDFs sont des réfugiées qui viennent de Turquie. Elle a spécifié quelques raisons pour l’afflux des SDFs: des réfugiés climatiques, des réfugiés de guerre, etc. C’est une problème assez grave parce que même si les SDFs français reçoivent l’aide sociale, l’aide sociale pour les SDFs ne sont que pour les gens avec la nationalité française. La problème est que la majorité des SDFs n’ont pas la nationalité française à cause d’être un réfugié qui vient d’un autre pays. Du coup, il n’y a pas la même assistance pour les réfugiés que pour les SDFs français.

Image result for homeless tents in france

Evaluation

Aux Etats-Unis, même si on a la nationalité américaine ou pas, on ne reçoit pas l’aide sociale si on est un SDF (ou pas beaucoup). Mais, j’ai jamais vu une famille toute ensemble qui habite dans une tente dans la rue. Aux Etats-Unis, il y a beaucoup de programmes pour les enfants qui n’ont pas de logement ou de famille, donc ça peut être pourquoi je ne vois pas des enfants dans la rue. De plus, je ne crois pas que la crise migratoire est si grave aux Etats-Unis qu’en Europe. Je suis sûre que les mêmes programmes existent pour les enfants sans une famille ou logement, mais c’est peut être que les enfants dans la rue restent à cause de la grande quantité des enfants SDFs et que les familles ne veulent pas être séparées. Il me dérange beaucoup de voir tous les familles dans la rue et de voir les petits enfants qui pensent que cette vie est normale, et donc, j’essaie de faire ce que je peux et de leur dire bonjour chaque jour, comme s’ils sont mes voisins.

Note avant la correction : 14,5 /20

Vous avez une thématique autour des SDF qui émerge dans vos blogs. Il serait vraiment intéressant pour vous de faire l’expérience des Maraudes avec la SSVP pour mieux comprendre la situation.

Plus d’attention sur les fautes grammaticales, il vous faut relire à haute voix votre travail écrit pour décerner les fautes.


La culture du sport

October 6, 2019

Description :

C’est une généralisation, mais beaucoup d’enfants de ma génération aux Etats-Unis ont grandi avec du sport et jouer des sports. L’acte de jongler avec plusieurs sports et se lancer en athlétisme quand on est très jeune est courant. Pendant ma première semaine ici, les autres étudiants et moi avons rencontré un professeur de yoga et de danse qui nous a informés sur les possibilités for la forme physique pour les étudiants toulousains. J’ai été surpris que les sports et les centres de conditionnement physique ne soient pas faciles et gratuit pour tous les étudiants ; de plus, il n’y a pas beaucoup d’idéologie d’équipe ou de groupe avec l’exercice physique. Bien que des cours soient disponibles, il y a des espaces limités dans les cours et les centre de conditionnement physique ne sont disponibles par l’université. Je suis habituée à de nombreuses possibilités de remise en forme pour l’école ou pour loisirs, qui je trouve d’être plus difficiles à trouver ici.

Interprétation :

A Dickinson College et dans toutes les autres universités américaines, le sport est un aspect important de la vie des étudiants. Si on ne joue pas dans une équipe, on est surement aller aux matches. Quand je suis arrivée à Sciences Po, je n’avais pas compris que les équipes auxquelles tout le monde peut s’inscrire sont toutes. Il n’y a pas une équipe « varisty » qui existe même au lycée pour les Américains. Bien que des sports comme le rugby et le foot soient suivis de près ici, la participation par les gens ordinaires n’est pas aussi courante. Au premier entrainement de foot où toutes les filles se présentaient, seule un peu de nouvelles joueuses avaient joué au foot. Les filles ont été choquées et impressionnées par le fait que j’avais déjà joué, même si c’est très courant pour moi. Pour la majorité des nouvelles filles, c’était leur première fois à jouer au lieu de regarder le foot. Lorsque j’ai parle à mes hôtes, ils m’ont dit que les sports ne sont pas les mêmes à l’école ici. Les étudiants jouent dans des cours de gymnastique, mais pour jouer en équipe, il faut passer par des ligues extérieures, en général.

Evaluation :

Les sports individuels sont plus rares en France et l’école est réservée aux études en général. En dehors des cours de gym, il semble que la France avoir une plus grande séparation. Aux Etats-Unis, le sport peut prendre le relais et devenir plus important autant que les études à l’école. Je pense qu’une partie de ce qui contribue à la sportivité aux Etats-Unis est la pression d’université. In faut qu’on fasse du sport ou participer à des nombreuses activités pour construire son curriculum vitae pour l’université. Les enfants peuvent apprendre les techniques du sport équipe et travailler ensemble, aussi. Il semble plus courant de faire partie d’une équipe pour apprendre d’autres compétences de la vie comme la communication et la coopération.

Note avant la correction : 15/20 De très bonnes remarques sur les différences culturelles (et institutionnelles) sur le sport. Pensez-vous qu’il y a des raisons politiques et gouvernementales qui sous-tendent ces différence d’accès?