Author Archive

Voyager en France

Description :

Voilà des photos de mon excursion à Najac, une petite ville à peu près une heure et demie de Toulouse en train. Une ville charmante, Najac est connu pour son château (quand je suis arrivée, j’ai appris que le château est fermé en hiver, mais la ville mérite une visite quand même). On peut voir dans la photo du tableau des départs qu’on peut voyager partout en France en transport en commun, même aux petites villes.

Interprétation :

Il est beaucoup plus facile de voyager en France et en Europe qu’aux États-Unis. Les chemins de fer sont plus larges, les billets pour le train et l’avion sont moins chers, et les métros marchent. Néanmoins, la facilité de voyager ne veut pas dire que les Français voyagent plus que les Américains. En fait, mon hôtesse a eu l’impression que les Américains voyagent beaucoup plus que les Français et beaucoup plus loin, et elle a été étonnée quand j’ai mentionné que voyager aux États-Unis coûte cher.

 

Évaluation :

Je suggérerais de visiter Najac entre le premier avril et la fin du mois d’octobre pour avoir l’occasion de voir l’intérieur du château. La ville vaut une visite (le détour) pour voir le paysage qui est vraiment beau. J’ai parlé de mon excursion à Najac aux autres bénévoles et personne n’a connu la ville ; en France de même qu’aux États-Unis, des gens ne profitent pas nécessairement de leurs environs pour explorer.

 

Marisa

Comments

Le fromage français

Description :
Après chaque repas, mon hôtesse fournit des fromages. Elle veut que j’essaie des fromages différents pendant mon séjour en France. Les fromages sont souvent au lait cru, ce qui existe aux États-Unis mais qui est beaucoup plus rare que le fromage industriel.
Interprétation :
La relation entre les Français et le fromage est vraiment différent des sentiments des Américains envers le fromage. Aux États-Unis, les fromages les plus consommés sont des fromages industriels, qui ne sont pas naturels. J’ai parlé de ce phénomène avec une autre bénévole au service civique. Elle était perdue parce qu’elle n’a pas compris le type du fromage dont je parlais. Sa confusion a renforcé cette différence entre la consommation de fromage dans les deux pays.
Évaluation :
En France, j’ai goûté du fromage au lait cru pour la première fois. Ma mère me disait toujours d’éviter d’en manger parce que c’est nuisible à la santé. Je suis contente d’en avoir essayé en France parce que je ne continuerai pas à manger du fromage au lait cru quand je rentrai aux États-Unis. J’aime le fromage des États-Unis mais essayer des aliments différents est une bonne expérience.
Marisa

Comments

Un snack au cinéma

 

Description :

Je suis allée au cinéma pour regarder La La Land avec mon hôtesse. Comme d’habitude, j’ai acheté quelque chose à manger : des bonbons. Aux États-Unis, c’est normal de voir des gens avec une barquette géante de pop-corn, des sodas, des nachos. En France, il y a des cinémas qui vendent du pop-corn, mais peu de gens qui en mangent. J’ai vu une seule personne qui mangeait du pop-corn, et il a fini avant le début du film.

 

Interprétation :

Il semble que le phénomène de manger pendant un film vient de la culture américaine, mais qui n’est pas vraiment devenu à la mode en France. C’est possible que ce soit considéré plus poli de finir de manger avant que le film commence. Mon hôtesse m’a demandé si je mange du pop-corn quand je regarde un film au cinéma aux États-Unis, et quand j’ai dit oui, elle pensait que c’était drôle.

 

Evaluation :

Je me suis tellement habituée à manger pendant un film et à voir autrui qui le fait que c’est bizarre de m’asseoir et de regarder un film sans manger. Heureusement, les bonbons attirent moins d’attention donc on peut en manger silencieusement.

Marisa

Comments

Les films internationaux

 

Description :

Pendant les vacances de février, j’ai visité Berlin, et en arrivant, j’ai reçu une bonne surprise : le festival du film international de Berlinale se déroulait pendant mon séjour ! Les trois films que j’ai vus représentent le cinéma international : Le jeune Karl Marx, Call me by your name, et Kongens noi. Le premier, un biopic de la relation entre Karl Marx et Friedrich Engels, était en français, en allemand et en anglais ; le deuxième, une histoire d’amour homosexuel, était en anglais, en italien et en français ; et le troisième, l’histoire de la famille royale de la Norvège qui voulait résister aux nazis pendant la Deuxième Guerre mondiale, était en norvégien et en allemand. Chaque film était différent.

 

Interprétation :

La variété des films/genres et des langues représente le monde international. Parlant avec mon hôtesse, elle m’a expliqué que les Français regardent le festival du film à Berlin de même niveau que le festival de Cannes. De plus, les films ont représenté des points de vue différents. Ce qui m’a frappé en particulier était le point de vue positif du film Le jeune Karl Marx vers le communisme, non seulement puisque les Américains sont très critiques/négatifs vers le communisme, mais aussi puisque le film jouait à Berlin, où on a beaucoup souffert à cause de communisme. Mon hôtesse m’a dit que les Français n’ont pas ce dégout vers le communisme, et qu’elle pense que l’idée du communisme est belle mais trouve que l’exécution est troublante.

 

Evaluation :

Regarder des films internationaux m’expose à des points de vue qui sont différents des miens. Je m’intéresse à des films étrangers donc j’étais ravie d’avoir l’occasion de les voir, et jusqu’à ce voyage, je n’avais jamais assisté à un festival du film. Je n’ai pas aimé tous les trois films, mais chacun me fait réfléchir.

 

Marisa Machlis

Comments

La bande dessinée : le neuvième art

Description :

J’ai visité Angoulême pour le festival international de la bande dessinée. Le festival est intégré à travers la ville, qui était bondée avec des passionnées, des professionnels et des amateurs de la bande dessinée. Contrairement aux États-Unis où la bande dessinée est quelque chose de niche, en France, une variété de gens de tout âge l’apprécient.

 

Interprétation :

Les Français considèrent la bande dessinée comme une véritable forme d’art. Aux États-Unis, certaines maisons d’édition contrôlent une grande partie du marché, ce qui a créé moins de variété et moins d’options. Par contre, en France, il y a une variété de genres, de sujets et de styles d’art pour tous lecteurs différents. Une autre explication possible, c’est que les Français possèdent une pédagogie plus raffinée de l’art, donc ils peuvent mieux apprécier cette forme d’art qui juxtapose l’image et la parole. Qu’en disent les français interrogés?

 

Évaluation :

J’étais très contente de voir tant de passion de la bande dessinée et d’explorer au dehors de Toulouse.

 

Marisa Machlis

Comments