L’accent toulousain

Avant d’arriver en France, je supposais naïvement, que la France, un pays relativement petit, était homogène. Les États-Unis sont dix fois plus grands que la France, alors on penserait que les différentes entre les plusieurs régions seraient plus évidentes que celles de la France. La France est quasiment de la taille du Texas, ainsi les Français du Nord ne pourraient pas être tellement différents que des Français du Sud. Spécifiquement, je parle au sujet des accents français. Évidemment, les Californiens parlent différemment des gens au sud des États-Unis parce qu’il y a des milliers de kilomètres qui les séparent. Cependant, je ne savais pas que cela serait le même cas pour la France, malgré le manque de grandes distances entre les peuples.

Même après quelques semaines à Toulouse, je n’avais pas remarqué l’accent toulousain pour certaines raisons. La première raison est que je n’étais pas si habituée à entendre le français alors je ne pouvais pas distinguer les différences. L’autre raison est que je parle le plus de français avec mes hôtes et les étudiants de Dickinson, tous ceux qui n’ont pas l’accent toulousain. C’était seulement après m’être inscrite dans l’équipe de basket au Mirail que j’ai eu l’occasion d’entendre l’accent. Quelques-unes des joueuses viennent de la périphérie de Toulouse et elles ont des accents incroyablement forts. J’ai besoin de vraiment me concentrer pour que je puisse les comprendre. Elles utilisent des expressions que je n’ai jamais entendues autrefois et le son « ai » est beaucoup plus nasal. Le mot « pain » avec l’accent toulousain semble comme le mot « pain » (douleur) en anglais. De plus, elles parlent avec un rythme plus mélodique que les Parisiens. Après avoir entendu l’accent pour la première fois, je peux mieux distinguer les accents et je peux les repérer plus souvent.

Depuis que j’ai entendu l’accent, je m’y intéresse vraiment et je me demande comment un pays si petit peut avoir des différences linguistiques comme les États-Unis. Je ne sais pas la façon dont les accents se développent, cependant je peux deviner qu’ils sont liés aux langues qui étaient parlées dans les régions françaises autrefois—l’Occitanie et le Catalan au sud, le francique lorrain au nord-est et le breton à l’ouest. L’histoire de la langue française est très riche et elle a une pléthore d’influences – comme l’anglais aux États-Unis – alors ce n’est pas si étonnant que le Français présente la variété linguistique qui existe chez moi aussi.

-Laura McLaughlin

 

 

This entry was posted in 1 - La Une en français, 2015-02. Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Your email address will not be published.