Malgré les différences culturelles, on peut trouver des sentiments communs

-Morgan Ippolito

Mon histoire « d’amour» avec le jour de la Saint-Valentin a commencé quand j’étais petite. Chaque année à l’école, nous fabriquions des « boites aux lettres » le jour de la Saint-Valentin ; c’est-à-dire qu’on trouvait des boites de chaussures et on les réutilisait, décorées de papier rouge et de nœuds papillons, pour recevoir les cartes du jour de la Saint-Valentin. Chaque élève faisait des cartes pour ses camarades et leur donnait une carte le jour de la Saint-Valentin. Bien sûr, les cartes étaient aussi accompagnées de bonbons. Après cette expérience, je suis tombée amoureuse de la fête de la Saint-Valentin. Je la fête chaque février et m’assure que toute ma famille et tous mes amis sachent que je les aime en leur donnant une carte de Saint-Valentin.

Des vœux de la Saint-Valentin. Photo de Morgan Ippolito.

Des vœux de la Saint-Valentin. Photo de Morgan Ippolito.

Cette année, le jour de la Saint-Valentin s’est passé très différemment. En fait, les Français ne le fêtent pas du tout. Il se peut que des gens en couple le fêtent, mais on ne reconnaît pas vraiment ce jour. En parlant avec mes amis français, j’ai appris que la fête de la Saint-Valentin est considérée comme une fête trop commercialisée. De plus, le jour n’exprime pas bien les sentiments selon les Français. Pourquoi doit-on dire « Je t’aime » un jour désigné ? L’amour est un état constant et ne peut pas être exprimé seulement un jour. Je trouve que ce point de vue est très philosophique et sophistiqué et je suis d’accord. Pourtant, cela ne m’empêche pas de ressentir de la tristesse : même si le jour de la Saint-Valentin est trop commercialisé, je l’adore quand même. Oui, l’amour est constant, mais pourquoi on ne peut pas avoir un jour pour s’assurer que tout le monde sache qu’il est aimé ?

J’ai eu un vrai choc culturel le jour de la Saint-Valentin : ma famille et mes amis m’ont beaucoup manqué. Néanmoins, j’ai décidé d’améliorer ma situation en faisant des cartes de Saint-Valentin pour mes amis et mon hôtesse. J’avais peur et je m’inquiétais : mes amis aimeront-ils ces cartes ou est-ce que c’est trop américain ? J’espérais fortement que mes actions soient bien reçues. En offrant les cartes à mes amis, j’ai découvert que tout le monde, Français, ou Américain, aime les petits cadeaux et une note qui dit «  je pense à toi ». J’ai ainsi créé une occasion pour partager ma culture avec les autres. Les fêtes américaines me manquent, mais je me sens plus à l’aise et heureuse : je me suis rendu compte que tout le monde apprécie un moment où l’on partage un sentiment commun.

This entry was posted in 1 - La Une en Français, 2016-02. Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *