L’Importance de la langue dans le service civique

-Naomi Johnson

Au cours de mon service civique avec ASEC Bagatelle, j’ai appris plusieurs choses. Je pense que la chose la plus importante que j’ai apprise est comment m’entendre avec les gens qui font partie d’une culture complètement différente de la mienne. D’abord, j’étais nerveuse de  parler aux enfants et coordinatrices à mon service civique. Je me suis inquiétée qu’ils pensent que je ne serais pas utile parce que je ne parlais pas le français couramment. Néanmoins, j’ai appris que la meilleure façon dont je pourrais former des relations avec ces personnes était d’être fidèle à moi-même. Quand j’étais à l’aise avec moi-même, c’étaient les moments où j’ai eu les meilleures interactions avec les autres.

ASEC Bagatelle. Photo de Naomi Johnson.

ASEC Bagatelle. Photo de Naomi Johnson.

En outre, je pense qu’il y avait une expérience collective enrichissante. J’ai appris à interagir avec les jeunes Français et aussi avec des adultes en faisant du tutorat avec les jeunes et en parlant avec les coordinatrices. D’eux je peux apprendre la culture française et de moi ils peuvent apprendre la culture américaine.

Naomi avec une élève à ASEC Bagatelle. Photo de Naomi Johnson.

Naomi avec une élève à ASEC Bagatelle. Photo de Naomi Johnson.

Mon expérience avec mon service civique m’a permis d’éprouver une autre culture pendant une période prolongée. J’ai eu des moments mémorables où j’ai eu des rapports forts avec les enfants avec qui je travaille. Notamment, quand j’ai parlé à S des questions de race aux États-Unis et en France. Cependant, pour moi, c’est plutôt le fait que je me sens à l’aise quand je suis à mon service civique. Je crois que chaque fois que je parle aux enfants à mon service civique nous participons à un échange interculturel. J’aime particulièrement parler aux jeunes parce qu’ils ne semblent pas avoir autant de notions préconçues du monde et ils sont très perceptifs. En parlant avec les personnes à mon service civique, je me suis rendue compte que la connaissance d’une langue peut être extrêmement importante. Sans mes compétences en langue française, je n’aurais jamais pu avoir cette expérience à mon service civique. J’ai appris qu’un rapport interculturel peut être incroyablement simple. Cependant, il exige qu’un effort soit fait des deux côtés de la communication.

This entry was posted in 1 - La Une en Français, 2016-03/04. Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *