Rester Positif Pendant le Coronavirus

Description

Maintenant que nous avons dû retourner aux États-Unis, nous devons essayer de continuer d’apprendre la langue, mais dans un environnement où elle n’est pas parlée tout le temps. Ici, je reste chez moi en quarantaine et quand je parle des choses basiques je parle en anglais pour communiquer avec ma famille. Dans cette manière, il semble plus difficile que lorsque nous étions en France et nous parlions tout le temps avec nos hôtes, nos amis, nos profs face-à-face. Donc, pour continuer d’améliorer la langue, j’ai quelques stratégies : bien sûr je fais mes devoirs en français, mais aussi j’écoute la radio en français, je regarde des séries en français, je lis un roman en français et je continue d’appeler mes hôtes ou la famille à laquelle j’ai donné des leçons en anglais. Bien que j’essaie d’utiliser ces stratégies pour améliorer la langue, je trouvais que ça ira difficile d’améliorer mon expression orale parce que je pratique moins souvent l’expression orale. Néanmoins, mes hôtes, quelques amis français et la famille à laquelle j’ai donné des leçons en anglais, ils m’ont tous dit que je pourrai les appeler pour continuer de parler en français. Pour être spécifique, la mère (Christine) du garçon à qui j’ai donné des leçons en anglais, elle m’a dit « si tu continues de regarder des séries en français et de parler avec nous et des autres, tu vas continuer d’améliorer la langue ».

Des séries en français que je regarde pour pratiquer le français

Interprétation

Lorsque je suis très déçu d’avoir retourné aux États-Unis, tout le monde est affecté par le coronavirus. J’ai eu la chance que j’ai pu aller en France, même s’il y avait que quelques mois. Donc, je dois utiliser mes ressources pour trouver les bonnes options dans cette situation. Je trouve que l’optimisme de Christine, malgré son inquiétude du virus, me donne la motivation d’utiliser mes ressources la plus que possible. En ce moment quand elle m’a dit que je vais continuer d’améliorer, je la doutais, mais maintenant je me sens plus motivé parce que je ne veux pas perdre le progrès que j’ai déjà fait. Ainsi, je vais utiliser toutes mes ressources pour continuer de pratiquer mon français. Ça me parait que Christine et dans une situation aussi difficile : elle est prof à l’Université Paul Sabotier. Alors, elle doit continuer de donner des cours en ligne, malgré tous les défis. Elle est française et la France est dans une situation plus grave que les États-Unis. Peut-être qu’elle a déjà fait une période de doute et maintenant elle reste optimiste avec l’espoir que ça va aller mieux. Dans cette situation, je remarque que Christine s’est inquiétée du coronavirus quelques semaines avant qu’il soit venu en Occitane. Donc, elle s’est préparée pour gérer sa vie la meilleure que possible pour quand la pandémie est venue en France.

 

Évaluation

Cette expérience m’a provoqué des sentiments plus positifs que les sentiments que j’avais eus avant. Après que j’ai parlé à Christine, j’ai décidé que si elle pense que je continuerais d’améliorer, je le vraiment ameliorais. Dans l’aspect historique, je sais que tout le monde aujourd’hui n’a jamais expérimenté quelque chose comme ça. Mais je pense que Christine a été déjà sensible a l’environnement, comme beaucoup de français. Alors, si elle était sensible à l’environnement, maintenant elle est plus sensible aux possibilités qu’on peut contracter le virus n’importe où. Cette sensibilité avec le fait que la France est plus affectée par le virus (maintenant) que les États-Unis, ça fait que les Français comme Christine ont déjà fait la réalisation qu’ils peuvent rester pessimiste ou optimiste. Christine a choisi d’être optimiste et maintenant je veux le faire aussi. Si j’étais une Française, je pense que j’aurais la même perspective que Christine parce qu’on doit être optimiste dans les circonstances graves.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *