Malentendus dans un pays étranger

À la surface, les États-Unis et la France se ressemblent. Malgré cela, il faut faire attention parce que les deux pays possèdent des différences qui peuvent résulter en des malentendus. Je suis arrivée à Toulouse il y a presque deux mois et je suis tombée nez et nez sur les situations qui m’aident à comprendre la culture française.

Un domaine particulier que j’ai observé concerne les horaires des magasins et restaurants en France. Le premier week-end, je voulais aller au supermarché le dimanche pour acheter à manger, mais tout était fermé. Une autre fois, j’ai eu besoin d’aller à la banque. À cause de la proximité de l’agence au Centre Dickinson, j’y suis allée après le cours. Malheureusement, il était juste après 12 h et c’était fermé. Après ces deux expériences (et plusieurs essais aussi), je me rends compte que les horaires normaux en France sont différents. Beaucoup de magasins, restaurants et bureaux ferment à midi et le dimanche. Aux États-Unis, d’un autre côté, tous les commerces restent ouverts toute la journée, y compris les dimanches. Même si l’Angleterre (je suis à moitié anglaise) ressemble plus à la France, je n’ai pas pensé aux horaires et j’étais toujours étonnée.

 

Après quelques déboires, les horaires français me semblent désormais normaux. Mais il y a eu un moment où tout me désorientait. En fait, cela m’a appris la valeur du repas en France. Tous les magasins respectent le déjeuner parce que les Français donnent de l’importance à la conversation et à la nourriture. On mange lentement et personne ne se précipite. Les horaires de fermeture durent deux heures pour avoir assez de temps – cela invite la conversation et la décontraction.

L’heure du repas ne représente qu’un seul malentendu que j’ai connu. Les nouvelles expériences se produisent quotidiennement – particulièrement dans les universités. Les étudiants français prennent leurs notes comme une rédaction, les professeurs ne donnent pas de devoir pour le prochain cours et les cours ont lieu une fois par semaine. Ces prises de conscience ne sont pas arrivées facilement et, comme les horaires, on doit prendre les situations qui se produisent avec un esprit ouvert. Les malentendus sont inévitables. On ne peut pas les empêcher, mais il faut utiliser chaque expérience pour mieux comprendre la culture et pour mieux s’adapter.

-Jessica Sykes

 

This entry was posted in 1 - La Une en Français, 2014-10. Bookmark the permalink.